PDA

View Full Version : Re: les grands ravageurs


Nykole
4 augustus 2005, 22:36
>Fustigator wrote:
>> Vitae forma vocatur, "Nykole" <Nykole@caribou.ca>, die Wed, 03 Aug 2005
> >>Thibaud a écrit que :

> >> Par exemple on n'a pas offert de chaudes couvertures porteuses de variole au
> >> Canayens.
> >
> >Une des premières armes biologiques... En temps de guerre (et la
> >conquête est une forme de guerre), toutes les armes sont permises
> >(demander * Bush).

> Cela me fait penser * la différence entre l'amour et le judo:
> en judo toutes les prises ne sont pas permises.

Je ne crois pas qu'il existe des règles sur les armes * utiliser ou
non en temps de guerre. C'est plutôt une question d'époque et de
stragégie, non ? Il fut un temps où on utilisait l'huile chaude, la
catapulte, le canon, la baillonnette, les missiles skud... Aujourd'hui
c'est le terrorisme et dans le temps des Français d'amérique c'était
l'évangélisation (pour faciliter l'assimilation), la torture (contre
les évangélisateurs)et d'autres joyeusetées comme la variole.

Qu'on me corrige si je me trompe, mais je vois mal la relation avec le
judo...

Fustigator
4 augustus 2005, 22:36
Vitae forma vocatur, "Nykole" <nykole@sympatico.ca>, die 4 Aug 2005
08:56:57 -0700, in littera
<1123171016.999083.66250@g44g2000cwa.googlegroups.c om> in foro
soc.culture.belgium (et aliis) vere scripsit quod sequitur:

>
>>Fustigator wrote:
>>> Vitae forma vocatur, "Nykole" <Nykole@caribou.ca>, die Wed, 03 Aug 2005
>> >>Thibaud a écrit que :
>
>> >> Par exemple on n'a pas offert de chaudes couvertures porteuses de variole au
>> >> Canayens.
>> >
>> >Une des premières armes biologiques... En temps de guerre (et la
>> >conquête est une forme de guerre), toutes les armes sont permises
>> >(demander * Bush).
>
>> Cela me fait penser * la différence entre l'amour et le judo:
>> en judo toutes les prises ne sont pas permises.
>
>Je ne crois pas qu'il existe des règles sur les armes * utiliser ou
>non en temps de guerre. C'est plutôt une question d'époque et de
>stragégie, non ? Il fut un temps où on utilisait l'huile chaude, la
>catapulte, le canon, la baillonnette, les missiles skud... Aujourd'hui
>c'est le terrorisme et dans le temps des Français d'amérique c'était
>l'évangélisation (pour faciliter l'assimilation), la torture (contre
>les évangélisateurs)et d'autres joyeusetées comme la variole.
>
>Qu'on me corrige si je me trompe, mais je vois mal la relation avec le
>judo...

implore l'aide de ton homme! :-))
--
Fusti

D'Iberville
4 augustus 2005, 23:34
Le 4 Aug 2005 08:56:57 -0700, Nykole a écrit :

>>Fustigator wrote:
>>> Vitae forma vocatur, "Nykole" <Nykole@caribou.ca>, die Wed, 03 Aug 2005
>>>>Thibaud a écrit que :
>
>>>> Par exemple on n'a pas offert de chaudes couvertures porteuses de variole au
>>>> Canayens.
>>>
>>>Une des premières armes biologiques... En temps de guerre (et la
>>>conquête est une forme de guerre), toutes les armes sont permises
>>>(demander * Bush).
>
>> Cela me fait penser * la différence entre l'amour et le judo:
>> en judo toutes les prises ne sont pas permises.
>
> Je ne crois pas qu'il existe des règles sur les armes * utiliser ou
> non en temps de guerre.

Non. Il existe des règles qui proscrivent l'usage de telles ou telles
armes, comme les gaz de combat. Au Moyen-Age, l'Église avait déj* tenté
- avec un succès il est vrai très relatif - de faire interdire
l'arbalète

> C'est plutôt une question d'époque et de
> stragégie, non ? Il fut un temps où on utilisait l'huile chaude, la
> catapulte, le canon, la baillonnette, les missiles skud...

L'huile chaude relève surtout de la légende urbaine. Il était rare qu'on
en ait en quantités suffisantes pour la lâcher du haut des remparts ;-)


--
Quotidiennement updatés, et avec photos, les "Saviez-vous que...",
sont enfin disponibles en ligne : http://diberville.blogspot.com/
"It's not having what you want, it's wanting what you've got"

Nykole
6 augustus 2005, 14:40
>D'Iberville a écrit que :
>> Le 4 Aug 2005 08:56:57 -0700, Nykole a écrit :
>>> Fustigator wrote:
>>>> Vitae forma vocatur, "Nykole" <Nykole@caribou.ca>, die Wed, 03 Aug 2005
>>>>> Thibaud a écrit que :
>>
>>>>> Par exemple on n'a pas offert de chaudes couvertures porteuses de variole
>>>>> au Canayens.
>>>>
>>>> Une des premières armes biologiques... En temps de guerre (et la
>>>> conquête est une forme de guerre), toutes les armes sont permises
>>>> (demander * Bush).
>>
>>> Cela me fait penser * la différence entre l'amour et le judo:
>>> en judo toutes les prises ne sont pas permises.
>>
>> Je ne crois pas qu'il existe des règles sur les armes * utiliser ou
>> non en temps de guerre.

> Non. Il existe des règles qui proscrivent l'usage de telles ou telles
> armes, comme les gaz de combat. Au Moyen-Age, l'Église avait déj* tenté
> - avec un succès il est vrai très relatif - de faire interdire
> l'arbalète

Ah ! Merci de me corriger (verbalement, s'entend ;-)

>> C'est plutôt une question d'époque et de
>> stragégie, non ? Il fut un temps où on utilisait l'huile chaude, la
>> catapulte, le canon, la baillonnette, les missiles skud...

> L'huile chaude relève surtout de la légende urbaine.

Ah zut ! Un autre truc amusant qui n'a jamais existé. Pfff... C'est
d'un ennui, l'Histoire, finalement...

> Il était rare qu'on
> en ait en quantités suffisantes pour la lâcher du haut des remparts ;-)

Vu comme ça...



--
Nykole

"Joy is not in things, it is in you"
Nykole

"Joy is not in things, it is in you"

Fustigator
6 augustus 2005, 14:40
Vitae forma vocatur, D'Iberville <d_iberville@yahoo.ca>, die Thu, 4 Aug
2005 17:54:43 -0400, in littera
<lr9a94veg41$.mffg2hapvmhf$.dlg@40tude.net> in foro soc.culture.belgium
(et aliis) vere scripsit quod sequitur:

>Le 4 Aug 2005 08:56:57 -0700, Nykole a écrit :
>
>>>Fustigator wrote:
>>>> Vitae forma vocatur, "Nykole" <Nykole@caribou.ca>, die Wed, 03 Aug 2005
>>>>>Thibaud a écrit que :
>>
>>>>> Par exemple on n'a pas offert de chaudes couvertures porteuses de variole au
>>>>> Canayens.
>>>>
>>>>Une des premières armes biologiques... En temps de guerre (et la
>>>>conquête est une forme de guerre), toutes les armes sont permises
>>>>(demander * Bush).
>>
>>> Cela me fait penser * la différence entre l'amour et le judo:
>>> en judo toutes les prises ne sont pas permises.
>>
>> Je ne crois pas qu'il existe des règles sur les armes * utiliser ou
>> non en temps de guerre.
>
>Non. Il existe des règles qui proscrivent l'usage de telles ou telles
>armes, comme les gaz de combat. Au Moyen-Age, l'Église avait déj* tenté
>- avec un succès il est vrai très relatif - de faire interdire
>l'arbalète
>
>> C'est plutôt une question d'époque et de
>> stragégie, non ? Il fut un temps où on utilisait l'huile chaude, la
>> catapulte, le canon, la baillonnette, les missiles skud...
>
>L'huile chaude relève surtout de la légende urbaine. Il était rare qu'on
>en ait en quantités suffisantes pour la lâcher du haut des remparts ;-)

Exact. Mais cela ne dispensait pas les assiégés de balancer toutes
sortes d'objets aussi hétéroclites que lourds sur les têtes des
assiégeants: certains machicoulis comme ceux du Château des Comtes (de
Flandre) * Gand, surplombaient un bas de mur incliné vers l'extérieur,
afin que les boulets de granit qu'on y laissait tomber rebondissaient
et frappaient beaucoup plus loin que le bas du mur.

Le truc des moines orthodoxes de la Montagne Sacrée (Ieron Oros) de la
prequ'ile du mont Athos était encore plus raffiné pour dissuader les
pirates venus de mer .

Leurs abbayes, bâties comme des châteaux-forts moyenâgeux (ils datent du
10me siècle et suivants) , avaient une double porte d'entrée avec une
double fortification: Quand les pirates étaient * l'entrée, on ouvrait
la première porte. Dès qu'il y avait pas mal de monde dans l'atrium
entre les deux porte on laissait tomber une herse et on anéantissait les
assaillants coincés entre les deux portes, * coup d'objets durs en
con-tondants lancés par les machicoulis et autres ouvertures ad hoc. Une
fois l'ennemi réduit en tas de cadavres et assimilés, on remontait la
herse. Si une seconde fournée osait franchir la porte , elle subissait
le même sort que la première. Ce jusqu'* épuisement de l'ennemi, qui
finissait par se retirer, ayant enfin compris.

Ce qui fait que durant 10 siècles aucune des 20 abbayes ne furent
pillées par des pirates.

--
Fusti

Fustigator
6 augustus 2005, 14:40
Vitae forma vocatur, "Nykole" <Nykole@caribou.ca>, die Thu, 04 Aug 2005
18:29:59 -0400, in littera <mn.24557d580b10e6e5.36691@caribou.ca> in
foro soc.culture.belgium (et aliis) vere scripsit quod sequitur:

>>D'Iberville a écrit que :
>>> Le 4 Aug 2005 08:56:57 -0700, Nykole a écrit :
>>>> Fustigator wrote:
>>>>> Vitae forma vocatur, "Nykole" <Nykole@caribou.ca>, die Wed, 03 Aug 2005
>>>>>> Thibaud a écrit que :
>>>
>>>>>> Par exemple on n'a pas offert de chaudes couvertures porteuses de variole
>>>>>> au Canayens.
>>>>>
>>>>> Une des premières armes biologiques... En temps de guerre (et la
>>>>> conquête est une forme de guerre), toutes les armes sont permises
>>>>> (demander * Bush).
>>>
>>>> Cela me fait penser * la différence entre l'amour et le judo:
>>>> en judo toutes les prises ne sont pas permises.
>>>
>>> Je ne crois pas qu'il existe des règles sur les armes * utiliser ou
>>> non en temps de guerre.
>
>> Non. Il existe des règles qui proscrivent l'usage de telles ou telles
>> armes, comme les gaz de combat. Au Moyen-Age, l'Église avait déj* tenté
>> - avec un succès il est vrai très relatif - de faire interdire
>> l'arbalète
>
>Ah ! Merci de me corriger (verbalement, s'entend ;-)

je vois que t'aimes pas recevoir des baffes! :-))

>>> C'est plutôt une question d'époque et de
>>> stragégie, non ? Il fut un temps où on utilisait l'huile chaude, la
>>> catapulte, le canon, la baillonnette, les missiles skud...
>
>> L'huile chaude relève surtout de la légende urbaine.
>
>Ah zut ! Un autre truc amusant qui n'a jamais existé. Pfff... C'est
>d'un ennui, l'Histoire, finalement...


Cela a pourtant été utilisé, mais sporadiquement.
>
>> Il était rare qu'on
>> en ait en quantités suffisantes pour la lâcher du haut des remparts ;-)
>
>Vu comme ça...


C'est normal, bien que dans les région où l'huile d'olives foisonne...
:-)

--
Fusti

Nykole
6 augustus 2005, 14:40
>Fustigator a écrit que :
>> Vitae forma vocatur, "Nykole" <Nykole@caribou.ca>, die Thu, 04 Aug 2005
>>> D'Iberville a écrit que :
>>>> Le 4 Aug 2005 08:56:57 -0700, Nykole a écrit :
>>>>> Fustigator wrote:

>>>>> Cela me fait penser * la différence entre l'amour et le judo:
>>>>> en judo toutes les prises ne sont pas permises.
>>>>
>>>> Je ne crois pas qu'il existe des règles sur les armes * utiliser ou
>>>> non en temps de guerre.
>>
>>> Non. Il existe des règles qui proscrivent l'usage de telles ou telles
>>> armes, comme les gaz de combat. Au Moyen-Age, l'Église avait déj* tenté
>>> - avec un succès il est vrai très relatif - de faire interdire
>>> l'arbalète
>>
>> Ah ! Merci de me corriger (verbalement, s'entend ;-)

> je vois que t'aimes pas recevoir des baffes! :-))

Ben... Une folle...

>>>> C'est plutôt une question d'époque et de
>>>> stragégie, non ? Il fut un temps où on utilisait l'huile chaude, la
>>>> catapulte, le canon, la baillonnette, les missiles skud...

>>> L'huile chaude relève surtout de la légende urbaine.

>> Ah zut ! Un autre truc amusant qui n'a jamais existé. Pfff... C'est
>> d'un ennui, l'Histoire, finalement...

> Cela a pourtant été utilisé, mais sporadiquement.

Merci d'entretenir mes illusions (sur certaines choses ;-)

>>> Il était rare qu'on
>>> en ait en quantités suffisantes pour la lâcher du haut des remparts ;-)
>>
>> Vu comme ça...


> C'est normal, bien que dans les région où l'huile d'olives foisonne...
> :-)

Ah ! C'est un excellent argument ça ! :-)



--
Nykole

"Joy is not in things, it is in you"

Nykole
6 augustus 2005, 14:40
>Fustigator a écrit que :
>> Vitae forma vocatur, D'Iberville <d_iberville@yahoo.ca>, die Thu, 4 Aug
>>> Le 4 Aug 2005 08:56:57 -0700, Nykole a écrit :


>>> C'est plutôt une question d'époque et de
>>> stragégie, non ? Il fut un temps où on utilisait l'huile chaude, la
>>> catapulte, le canon, la baillonnette, les missiles skud...
>>
>> L'huile chaude relève surtout de la légende urbaine. Il était rare qu'on
>> en ait en quantités suffisantes pour la lâcher du haut des remparts ;-)

> Exact. Mais cela ne dispensait pas les assiégés de balancer toutes
> sortes d'objets aussi hétéroclites que lourds sur les têtes des
> assiégeants: certains machicoulis comme ceux du Château des Comtes (de
> Flandre) * Gand, surplombaient un bas de mur incliné vers l'extérieur,
> afin que les boulets de granit qu'on y laissait tomber rebondissaient
> et frappaient beaucoup plus loin que le bas du mur.

> Le truc des moines orthodoxes de la Montagne Sacrée (Ieron Oros) de la
> prequ'ile du mont Athos était encore plus raffiné pour dissuader les
> pirates venus de mer .

> Leurs abbayes, bâties comme des châteaux-forts moyenâgeux (ils datent du
> 10me siècle et suivants) , avaient une double porte d'entrée avec une
> double fortification: Quand les pirates étaient * l'entrée, on ouvrait
> la première porte. Dès qu'il y avait pas mal de monde dans l'atrium
> entre les deux porte on laissait tomber une herse et on anéantissait les
> assaillants coincés entre les deux portes, * coup d'objets durs en
> con-tondants lancés par les machicoulis et autres ouvertures ad hoc. Une
> fois l'ennemi réduit en tas de cadavres et assimilés, on remontait la
> herse. Si une seconde fournée osait franchir la porte , elle subissait
> le même sort que la première. Ce jusqu'* épuisement de l'ennemi, qui
> finissait par se retirer, ayant enfin compris.

> Ce qui fait que durant 10 siècles aucune des 20 abbayes ne furent
> pillées par des pirates.

Hummmm... Je vois que ces bonnes gensses étaient assez inventifs...
Alors, est-ce qu'un de vous deux pourrait me dire pour quoi les
conquérants Français en Nouvelle France auraient hésité * utiliser les
couvertures * la variole ?


--
Nykole

"Joy is not in things, it is in you"

Thibaud
6 augustus 2005, 14:40
Nykole a écrit:
>> Fustigator a écrit que :
>>
>>> Vitae forma vocatur, D'Iberville <d_iberville@yahoo.ca>, die Thu, 4 Aug
>>>
>>>> Le 4 Aug 2005 08:56:57 -0700, Nykole a écrit :
>>>
>
>
>>>> C'est plutôt une question d'époque et de
>>>> stragégie, non ? Il fut un temps où on utilisait l'huile chaude, la
>>>> catapulte, le canon, la baillonnette, les missiles skud...
>>>
>>>
>>> L'huile chaude relève surtout de la légende urbaine. Il était rare qu'on
>>> en ait en quantités suffisantes pour la lâcher du haut des remparts ;-)
>>
>
>> Exact. Mais cela ne dispensait pas les assiégés de balancer toutes
>> sortes d'objets aussi hétéroclites que lourds sur les têtes des
>> assiégeants: certains machicoulis comme ceux du Château des Comtes (de
>> Flandre) * Gand, surplombaient un bas de mur incliné vers l'extérieur,
>> afin que les boulets de granit qu'on y laissait tomber rebondissaient
>> et frappaient beaucoup plus loin que le bas du mur.
>
>
>> Le truc des moines orthodoxes de la Montagne Sacrée (Ieron Oros) de la
>> prequ'ile du mont Athos était encore plus raffiné pour dissuader les
>> pirates venus de mer .
>
>
>> Leurs abbayes, bâties comme des châteaux-forts moyenâgeux (ils datent du
>> 10me siècle et suivants) , avaient une double porte d'entrée avec une
>> double fortification: Quand les pirates étaient * l'entrée, on ouvrait
>> la première porte. Dès qu'il y avait pas mal de monde dans l'atrium
>> entre les deux porte on laissait tomber une herse et on anéantissait les
>> assaillants coincés entre les deux portes, * coup d'objets durs en
>> con-tondants lancés par les machicoulis et autres ouvertures ad hoc. Une
>> fois l'ennemi réduit en tas de cadavres et assimilés, on remontait la
>> herse. Si une seconde fournée osait franchir la porte , elle subissait
>> le même sort que la première. Ce jusqu'* épuisement de l'ennemi, qui
>> finissait par se retirer, ayant enfin compris.
>
>
>> Ce qui fait que durant 10 siècles aucune des 20 abbayes ne furent
>> pillées par des pirates.
>
>
> Hummmm... Je vois que ces bonnes gensses étaient assez inventifs...
> Alors, est-ce qu'un de vous deux pourrait me dire pour quoi les
> conquérants Français en Nouvelle France auraient hésité * utiliser les
> couvertures * la variole ?
>
>

Il faudrait poser la question autrement;
pourquoi ne l'ont-ils pas fait, et les Anglais si?



--
Thibaud ICQ: 174459367
thibaud_salle @ hotmail.com
Tout savoir non désiré
est un savoir inutile
----------------------

Nykole
6 augustus 2005, 14:40
>Thibaud a écrit que :
>> Nykole a écrit:

>> Hummmm... Je vois que ces bonnes gensses étaient assez inventifs... Alors,
>> est-ce qu'un de vous deux pourrait me dire pour quoi les conquérants
>> Français en Nouvelle France auraient hésité * utiliser les couvertures * la
>> variole ?


> Il faudrait poser la question autrement;
> pourquoi ne l'ont-ils pas fait, et les Anglais si?

Ah ! C'est les Anglais ! Mais pourquoi ne l'as-tu pas dit ? Pour
faire monter ma pression, encore ;o)

De toute façon, que ce soit les Anglais ou les Français, ça a donné le
même résultat sur les Amérindiens...


--
Nykole

"Joy is not in things, it is in you"

Thibaud
6 augustus 2005, 14:40
Nykole a écrit:
>> Thibaud a écrit que :
>>
>>> Nykole a écrit:
>>
>
>>> Hummmm... Je vois que ces bonnes gensses étaient assez inventifs...
>>> Alors, est-ce qu'un de vous deux pourrait me dire pour quoi les
>>> conquérants Français en Nouvelle France auraient hésité * utiliser
>>> les couvertures * la variole ?
>>
>
>
>> Il faudrait poser la question autrement;
>> pourquoi ne l'ont-ils pas fait, et les Anglais si?
>
>
> Ah ! C'est les Anglais ! Mais pourquoi ne l'as-tu pas dit ? Pour
> faire monter ma pression, encore ;o)
>
> De toute façon, que ce soit les Anglais ou les Français, ça a donné le
> même résultat sur les Amérindiens...
>
>

C'est pourquoi il y avait une nation de métis franco-amérindiens, mais rien
de tel du côté anglais.



--
Thibaud ICQ: 174459367
thibaud_salle @ hotmail.com
Tout savoir non désiré
est un savoir inutile
----------------------

Natty
21 augustus 2005, 12:45
"Thibaud"
> >
> >
>
> C'est pourquoi il y avait une nation de métis franco-amérindiens,
mais rien
> de tel du côté anglais.
>
Normal, si l'on connait la propension des bretons * s'expatrier et
s'adapter au terrain !
Tu devrais pourtant le savoir ;-P

--
Natty