PDA

View Full Version : Re: La cause reelle du chomage


M F
4 augustus 2005, 22:36
Tirons les conclusions :

1 - Le rôle des entreprises est de produire de la richesse et non de créer
des emplois.

2 - La création d'emplois n'est pas la solution permettant de distribuer la
richesse produite et de faire vivre une population.

3 - De faire croire aux gens qu'il faut travailler pour vivre alors que ceux
qui vivent le mieux ne travaillent pratiquement pas, c'est prendre les gens
pour des cons.

--
M F
Le Grand Guignol :<http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/>


"Leo" <NOSPAMleomarchand@souslebitume.net> a écrit dans le message news:
aaz8zneew9zt$.urj7enkan0cs.dlg@40tude.net...
> Les géants du CAC 40 crèvent les plafonds boursiers
>
> La déconnexion est de plus en plus visible. Les résultats financiers des
> groupes français sont, comme en 2004, mirobolants alors que la croissance
> économique est * l'arrêt.
>
> Les très grandes entreprises françaises publient en ce moment leurs
comptes
> du premier semestre 2005. Comme l'année dernière, se dessine une tendance
> lourde : profits et bénéfices explosent grâce * la stagnation, voire la
> régression des salaires, d'une part, et grâce * de vastes plans de
> restructuration, d'autre part.
>
> Sur les six premiers mois de l'année, France Télécom multiplie par trois
> son bénéfice par rapport au premier semestre 2004, * 3,4 milliards d'
euros.
> Son profit augmente de 50 %. Le groupe sidérurgique Arcelor engrange un
> bénéfice de 2 milliards d'euros, en augmentation de 122 %. Son profit
> explose lui aussi, de 117 %.
>
>
>
> Dividendes contre emplois
>
> Comment ne pas s'interroger quand, d'un côté, l'automobiliste Renault
> augmente, au premier semestre 2005, son bénéfice de 52 % * 2,2 milliards
> d'euros et que, de l'autre, nombre de ses PME sous-traitantes sont aux
> abois ?
>
> Dans la filière industrielle de la plasturgie, par exemple, deux petites
> entreprises disparaissent tous les mois, indiquait Claude Nerrière,
> président de l'AFIM, l'Association française de l'industrie du moule .
>
> « Le face-*-face entre PME et grands donneurs d'ordres, c'est le pot de
> terre contre le pot de fer », soulignait-il, évoquant les pressions
> financières intenables des grands groupes et des banques sur les PME.
> De même, dans le secteur de l'équipement des télécoms, Alcatel réussit *
> faire grimper de 104 % son bénéfice sur les six premiers mois de 2005
après
> avoir fait disparaître plusieurs de ses sous-traitants.
>
> Loin d'aider les petites entreprises face * leurs difficultés, le
> gouvernement les incite * licencier. Un comble quand le chômage est vissé
> au-dessus de 10 % et que les PME éprouvent toutes les difficultés *
> embaucher des personnels qualifiés, * accéder aux crédits bancaires et *
se
> faire payer par leurs très gros clients industriels.
>
> Les mesures du gouvernement amplifient et pérennisent une situation
> paradoxale où, d'un côté, les groupes et leurs actionnaires accroissent
> leurs capitaux de façon très rapide et, de l'autre, l'économie tout
entière
> est * l'arrêt, amorphe, comme le souligne l'« indicateur avancé de
> l'activité économique en France d'Ixis CIB ». La banque prévoit en effet
un
> taux de croissance du PIB (produit intérieur brut) de 1,3 % en 2005.
>
> L'atonie de l'économie française est saisissante et pèse sur l'emploi.
Pour
> freiner la hausse du chômage en France, une croissance du PIB de 3 % au
> minimum serait nécessaire.
>
> Mais loin du compte, aujourd'hui, la politique du gouvernement et la
> gestion des groupes empêchent un tel résultat.
>
>
> Tout est mis en oeuvre pour gonfler le profit et le bénéfice au service du
> dividende de l'actionnaire, comme le montre le cas Alcatel où le résultat
> net par action est prévu en hausse de 40 % cette année.
> Les gros actionnaires sont doublement gagnants. D'une part, en poussant
les
> directions d'entreprise * pressurer comme jamais les dépenses sociales
> (salaires, formation, retraites, etc.) et l'emploi, ils font croître
> mécaniquement les bénéfices disponibles pour augmenter les dividendes.
> D'autre part, les actionnaires bénéficient d'exonérations d'impôts de plus
> en plus importantes sur les plus-values réalisées * la revente de leurs
> actions. Privilégier ainsi la rente au détriment de l'emploi et de
> l'activité réelle est mortifère.

Pierre De Los Rios
6 augustus 2005, 14:40
"M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
42f282a6$0$25048$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> Tirons les conclusions :

Enfin un bonne plate-forme de discussion .
>
> 1 - Le rôle des entreprises est de produire de la richesse et non de créer
> des emplois.

Exact et dire le contraire , c'est mentir .Volontairement ou non .
Les entreprise n'embauchent que si elles ont des débouchés .
Si le marché se restreint, licenciements .
C'est mécanique, c'est la loi du marché . Que ça plaise ou non .
La seule chose * faire, c'est d'offrir aux salariés quelques compensations
( cf. Code du Travail ) .
>
> 2 - La création d'emplois n'est pas la solution permettant de distribuer
la
> richesse produite et de faire vivre une population.

Exact * 50% .
La création d'emplois ne permet pas de redistribuer différemment la richesse
produite .
Car,au niveau de la VA nationale , le partage continuera sur sa lancée (
tendance lourde ) .
Mais contrairement * la fin de l'affirmation ci-dessus, il y aura
amélioration du pouvoir d'achat , grâce au différentiel : salaires - RMI ou
indemnités de chômage .
>
> 3 - De faire croire aux gens qu'il faut travailler pour vivre alors que
ceux
> qui vivent le mieux ne travaillent pratiquement pas, c'est prendre les
gens
> pour des cons.
>
Hol* , Marcel ! Cette affirmation dépasse peut-être ta pensée .
Ceux qui travaillent le moins, c'est qui ? Les fonctionnaires ?
Tu ne vas pas te faire des amis avec ça .

Cayol Raoul
6 augustus 2005, 15:45
"M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
42f282a6$0$25048$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
| Tirons les conclusions :
|
| 1 - Le rôle des entreprises est de produire de la richesse et non de créer
| des emplois.

Oui, mais si la demande pour les produits intérieurs est forte, elles
fonctionnent bien, et elles créent des emplois

| 2 - La création d'emplois n'est pas la solution permettant de distribuer
la
| richesse produite et de faire vivre une population.

Oui, mais, aujourd'hui, il faut produire plus pour distribuer davantage *
ceux qui en ont besoin.
Travailler au lieu de cultiver le chômage, est un moyen

|
| 3 - De faire croire aux gens qu'il faut travailler pour vivre alors que
ceux
| qui vivent le mieux ne travaillent pratiquement pas, c'est prendre les
gens
| pour des cons.

Ils ont travaillé * l'école, en fac, ou ailleurs ou leurs parents ont
travaillé pour eux ( ils sont de plus en plus rares autour de moi ). Je
suppose que vous ne prônez pas le vol en bleue ou avec le noeu papillon,
mais il semblerait qui vous l'admetiez comme une source normale de revenus
:-) ( pardon mon cher Marcel )

Cayol Raoul
6 augustus 2005, 15:45
"Pierre De Los Rios" <pierre.delosrios@neuf.fr> a écrit dans le message de
news: dd22q4$a86$1@apollon.grec.isp.9tel.net...
|
| "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
| 42f282a6$0$25048$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
| > Tirons les conclusions :
|
| Enfin un bonne plate-forme de discussion .
| >
| > 1 - Le rôle des entreprises est de produire de la richesse et non de
créer
| > des emplois.
|
| Exact et dire le contraire , c'est mentir .Volontairement ou non .
| Les entreprise n'embauchent que si elles ont des débouchés .
| Si le marché se restreint, licenciements .
| C'est mécanique, c'est la loi du marché . Que ça plaise ou non .
| La seule chose * faire, c'est d'offrir aux salariés quelques compensations
| ( cf. Code du Travail ) .
| >
| > 2 - La création d'emplois n'est pas la solution permettant de distribuer
| la
| > richesse produite et de faire vivre une population.
|
| Exact * 50% .
| La création d'emplois ne permet pas de redistribuer différemment la
richesse
| produite .
| Car,au niveau de la VA nationale , le partage continuera sur sa lancée (
| tendance lourde ) .
| Mais contrairement * la fin de l'affirmation ci-dessus, il y aura
| amélioration du pouvoir d'achat , grâce au différentiel : salaires - RMI
ou
| indemnités de chômage .
| >
| > 3 - De faire croire aux gens qu'il faut travailler pour vivre alors que
| ceux
| > qui vivent le mieux ne travaillent pratiquement pas, c'est prendre les
| gens
| > pour des cons.
| >
| Hol* , Marcel ! Cette affirmation dépasse peut-être ta pensée .
| Ceux qui travaillent le moins, c'est qui ? Les fonctionnaires ?
| Tu ne vas pas te faire des amis avec ça .
Ca serait déplacé de la part de notre copin Marcel :-)
RC

M F
6 augustus 2005, 23:05
"Pierre De Los Rios" <pierre.delosrios@neuf.fr> a écrit dans le message de
news: dd22q4$a86$1@apollon.grec.isp.9tel.net...
>
> "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> 42f282a6$0$25048$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> > Tirons les conclusions :
>
> Enfin un bonne plate-forme de discussion .
> >
> > 1 - Le rôle des entreprises est de produire de la richesse et non de
créer
> > des emplois.
>
> Exact et dire le contraire , c'est mentir .Volontairement ou non .
> Les entreprise n'embauchent que si elles ont des débouchés .
> Si le marché se restreint, licenciements .
> C'est mécanique, c'est la loi du marché . Que ça plaise ou non .
> La seule chose * faire, c'est d'offrir aux salariés quelques
compensations
> ( cf. Code du Travail ) .
> >
> > 2 - La création d'emplois n'est pas la solution permettant de
distribuer
> la
> > richesse produite et de faire vivre une population.
>
> Exact * 50% .
> La création d'emplois ne permet pas de redistribuer différemment la
richesse
> produite .
> Car,au niveau de la VA nationale , le partage continuera sur sa lancée (
> tendance lourde ) .
> Mais contrairement * la fin de l'affirmation ci-dessus, il y aura
> amélioration du pouvoir d'achat , grâce au différentiel : salaires - RMI
ou
> indemnités de chômage .
> >
> > 3 - De faire croire aux gens qu'il faut travailler pour vivre alors que
> ceux
> > qui vivent le mieux ne travaillent pratiquement pas, c'est prendre les
> gens
> > pour des cons.
> >
> Hol* , Marcel ! Cette affirmation dépasse peut-être ta pensée .
> Ceux qui travaillent le moins, c'est qui ? Les fonctionnaires ?
> Tu ne vas pas te faire des amis avec ça .

Tu ne vas pas nous faire le coup de la Lambada ! Cette musique qui a
rapporté des milliards * ceux qui l'ont volée et pratiquement rien * ceux
qui l'ont écrite.

Il en va de même pour notre économie. Ceux qui produisent la richesse ne
participent que pour 5% * cette production puisque les machines font le
reste, alors que ceux qui s'en emparent "ajoutent de la valeur" sans limite
et empochent le pactole. Il est vrai que eux aussi travaillent, mais pour
exploiter les autres. Ce n'est pas très glorieux. En somme la part qui
revient au travailleur salarié qui est * la base de cette richesse n'est
plus donc que pour quelques millièmes.

On se demande ce que viennent faire les fonctionnaires dans ton discours.
Heureusement qu'ils sont l* pour faire fonctionner l'État (providence). Non
?

--
M F
Le Grand Guignol :<http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/negation.htm>

M F
6 augustus 2005, 23:05
"Cayol Raoul" <cayol.raoul@neuf.fr> a écrit dans le message de news:
dd2fmh$fl1$1@apollon.grec.isp.9tel.net...
>
> "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> 42f282a6$0$25048$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> | Tirons les conclusions :
> |
> | 1 - Le rôle des entreprises est de produire de la richesse et non de
créer
> | des emplois.
>
> Oui, mais si la demande pour les produits intérieurs est forte, elles
> fonctionnent bien, et elles créent des emplois
>
> | 2 - La création d'emplois n'est pas la solution permettant de
distribuer
> la
> | richesse produite et de faire vivre une population.
>
> Oui, mais, aujourd'hui, il faut produire plus pour distribuer davantage *
> ceux qui en ont besoin.
> Travailler au lieu de cultiver le chômage, est un moyen
>
> |
> | 3 - De faire croire aux gens qu'il faut travailler pour vivre alors que
> ceux
> | qui vivent le mieux ne travaillent pratiquement pas, c'est prendre les
> gens
> | pour des cons.
>
> Ils ont travaillé * l'école, en fac, ou ailleurs ou leurs parents ont
> travaillé pour eux ( ils sont de plus en plus rares autour de moi ). Je
> suppose que vous ne prônez pas le vol en bleue ou avec le noeu papillon,
> mais il semblerait qui vous l'admetiez comme une source normale de
revenus
> :-) ( pardon mon cher Marcel )

Pas ni problèm (comme on dit aux Antilles)

Cayol Raoul
7 augustus 2005, 11:35
"M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
42f53270$0$3134$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
|
| "Pierre De Los Rios" <pierre.delosrios@neuf.fr> a écrit dans le message de
| news: dd22q4$a86$1@apollon.grec.isp.9tel.net...
| >
| > "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
| > 42f282a6$0$25048$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
| > > Tirons les conclusions :
| >
| > Enfin un bonne plate-forme de discussion .
| > >
| > > 1 - Le rôle des entreprises est de produire de la richesse et non de
| créer
| > > des emplois.
| >
| > Exact et dire le contraire , c'est mentir .Volontairement ou non .
| > Les entreprise n'embauchent que si elles ont des débouchés .
| > Si le marché se restreint, licenciements .
| > C'est mécanique, c'est la loi du marché . Que ça plaise ou non .
| > La seule chose * faire, c'est d'offrir aux salariés quelques
| compensations
| > ( cf. Code du Travail ) .
| > >
| > > 2 - La création d'emplois n'est pas la solution permettant de
| distribuer
| > la
| > > richesse produite et de faire vivre une population.
| >
| > Exact * 50% .
| > La création d'emplois ne permet pas de redistribuer différemment la
| richesse
| > produite .
| > Car,au niveau de la VA nationale , le partage continuera sur sa lancée (
| > tendance lourde ) .
| > Mais contrairement * la fin de l'affirmation ci-dessus, il y aura
| > amélioration du pouvoir d'achat , grâce au différentiel : salaires - RMI
| ou
| > indemnités de chômage .
| > >
| > > 3 - De faire croire aux gens qu'il faut travailler pour vivre alors
que
| > ceux
| > > qui vivent le mieux ne travaillent pratiquement pas, c'est prendre les
| > gens
| > > pour des cons.
| > >
| > Hol* , Marcel ! Cette affirmation dépasse peut-être ta pensée .
| > Ceux qui travaillent le moins, c'est qui ? Les fonctionnaires ?
| > Tu ne vas pas te faire des amis avec ça .
|
| Tu ne vas pas nous faire le coup de la Lambada ! Cette musique qui a
| rapporté des milliards * ceux qui l'ont volée et pratiquement rien * ceux
| qui l'ont écrite.
|
| Il en va de même pour notre économie. Ceux qui produisent la richesse ne
| participent que pour 5% * cette production puisque les machines font le
| reste, alors que ceux qui s'en emparent "ajoutent de la valeur" sans
limite
| et empochent le pactole.

Voila une questionintéressante ... :-)
Et pourquoi aprés payement de la location ( intérêt et amortissement de la
machine ), les banefices de sa productioon ne seraient pas répartis entre
les travailleurs entrepreneurs et les travailleurs salariés ( exécutants )?

C'est le vrai problène de notre temps...:-)
Quand je propose la TSVA, c'est pour faire payer * la production des
machines, sa part de cotosations sociales et de chomage qu'aupurd'hui on
fait payer par ceux qui travaillent avec leur mains ou leur cerveau (
salariés ) et dont tout le monde profite, y compris ceux qui n'ont jamais
travaillé. Je suis fort étonné que les bons esprits n'aient pas encore bien
compris la révolution silencieuse , et ô combien nécessaire, que je propose
:-)
RC

Augustin
7 augustus 2005, 16:05
"Cayol Raoul" <cayol.raoul@neuf.fr> a écrit dans le message de
news:dd4o35$ont$4@aphrodite.grec.isp.9tel.net...

> Quand je propose la TSVA, c'est pour faire payer * la production des
> machines, sa part de cotisations sociales et de chômage aujourd'hui on
> fait payer par ceux qui travaillent avec leur mains ou leur cerveau (
> salariés ) et dont tout le monde profite, y compris ceux qui n'ont jamais
> travaillé.

En rêvant un peu...

On pourrait aussi envisager une super TVA qui taxerait toutes les catégories
de produits et remplacerait toutes les cotisations sociales, ce qui
donnerait de l'air aux entreprises et permettrait de relever les plus bas
salaires avec les avantages sans les inconvénients...

Les produits de première nécessité en étant évidemment exemptés et son taux
modulé en fonction de critères rationnels...

Ex :L'achat d'un cabin cruiser de 200 CV étant davantage taxé que celui d'un
canot de 10 CV ;-)

Ca ressemblerai * du communisme libéral et intelligent :-)))

>Je suis fort étonné que les bons esprits n'aient pas encore bien
> compris la révolution silencieuse , et ô combien nécessaire, que je
>propose

Pas d'impatience ! Les mauvais esprits finiront bien, quand le vase
ultralibéral débordera, par faire la révolution bruyante qui mettra le
" Système " cul par dessus tête.

A.FB volontairemment provocateur !

Pierre De Los Rios
8 augustus 2005, 00:15
"M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
42f53270$0$3134$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
>
> "Pierre De Los Rios" <pierre.delosrios@neuf.fr> a écrit dans le message de
> news: dd22q4$a86$1@apollon.grec.isp.9tel.net...
> >
> > "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> > 42f282a6$0$25048$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> > > Tirons les conclusions :
> >
> > Enfin un bonne plate-forme de discussion .
> > >
> > > 1 - Le rôle des entreprises est de produire de la richesse et non de
> créer
> > > des emplois.
> >
> > Exact et dire le contraire , c'est mentir .Volontairement ou non .
> > Les entreprise n'embauchent que si elles ont des débouchés .
> > Si le marché se restreint, licenciements .
> > C'est mécanique, c'est la loi du marché . Que ça plaise ou non .
> > La seule chose * faire, c'est d'offrir aux salariés quelques
> compensations
> > ( cf. Code du Travail ) .
> > >
> > > 2 - La création d'emplois n'est pas la solution permettant de
> distribuer
> > la
> > > richesse produite et de faire vivre une population.
> >
> > Exact * 50% .
> > La création d'emplois ne permet pas de redistribuer différemment la
> richesse
> > produite .
> > Car,au niveau de la VA nationale , le partage continuera sur sa lancée (
> > tendance lourde ) .
> > Mais contrairement * la fin de l'affirmation ci-dessus, il y aura
> > amélioration du pouvoir d'achat , grâce au différentiel : salaires - RMI
> ou
> > indemnités de chômage .
> > >
>
> Il en va de même pour notre économie. Ceux qui produisent la richesse ne
> participent que pour 5% * cette production puisque les machines font le
> reste, alors que ceux qui s'en emparent "ajoutent de la valeur" sans
limite
> et empochent le pactole. Il est vrai que eux aussi travaillent, mais pour
> exploiter les autres. Ce n'est pas très glorieux. En somme la part qui
> revient au travailleur salarié qui est * la base de cette richesse n'est
> plus donc que pour quelques millièmes.
>
Chauffe, chauffe, Marcel ! Tu vas drôlement suer pour nous prouver tes dires
..
Comment arrives-tu * ce fameux 5 % et surtout aux quelques millièmes ?
J'ai hâte de savoir , parce que si tu as raison , j'aurais appris qqchose de
très important ( merci d'avance ) mais si tu as tort, je te ferai manger ton
chapeau .
A bientôt .

Pierre De Los Rios
8 augustus 2005, 00:15
"Cayol Raoul" <cayol.raoul@neuf.fr> a écrit dans le message de news:
dd4o35$ont$4@aphrodite.grec.isp.9tel.net...
>
> Et pourquoi aprés payement de la location ( intérêt et amortissement de la
> machine ), les banefices de sa productioon ne seraient pas répartis entre
> les travailleurs entrepreneurs et les travailleurs salariés (
exécutants )?
>
> C'est le vrai problène de notre temps...:-)
> Quand je propose la TSVA, c'est pour faire payer * la production des
> machines, sa part de cotosations sociales et de chomage qu'aupurd'hui on
> fait payer par ceux qui travaillent avec leur mains ou leur cerveau (
> salariés ) et dont tout le monde profite, y compris ceux qui n'ont jamais
> travaillé. Je suis fort étonné que les bons esprits n'aient pas encore
bien
> compris la révolution silencieuse , et ô combien nécessaire, que je
propose
> :-)
Mon cher Ami, je vous rappelle que nous avons déj* étudié ( en janvier )
par simulation l'adoption de le TSVA .
Pour l'entreprise, la VA baisse ( baisse du prix de vente ) suite * la
reprise des charges sociales par le nouveau taux de la TSVA .
Et le partage de cette nouvelle VA tiendra compte de la baisse consécutive
de la masse salariale ( les charges en moins ) , mais ne
changera pas un iota pour les autres postes ( amortissements, frais
financiers , impôts et bénéfice brut ) .
Autrement dit, l'EBE ne changera pas . Ce qui confirme l'intérêt de cette
éventuelle réforme si les modalités pratiques ne soulevaient pas un obstacle
insurmontable .
Cordialement .

Cayol Raoul
8 augustus 2005, 10:45
"Pierre De Los Rios" <pierre.delosrios@neuf.fr> a écrit dans le message de
news: dd5fsj$5kt$1@aphrodite.grec.isp.9tel.net...
|
| "Cayol Raoul" <cayol.raoul@neuf.fr> a écrit dans le message de news:
| dd4o35$ont$4@aphrodite.grec.isp.9tel.net...
| >
| > Et pourquoi aprés payement de la location ( intérêt et amortissement de
la
| > machine ), les banefices de sa productioon ne seraient pas répartis
entre
| > les travailleurs entrepreneurs et les travailleurs salariés (
| exécutants )?
| >
| > C'est le vrai problène de notre temps...:-)
| > Quand je propose la TSVA, c'est pour faire payer * la production des
| > machines, sa part de cotosations sociales et de chomage qu'aupurd'hui on
| > fait payer par ceux qui travaillent avec leur mains ou leur cerveau (
| > salariés ) et dont tout le monde profite, y compris ceux qui n'ont
jamais
| > travaillé. Je suis fort étonné que les bons esprits n'aient pas encore
| bien
| > compris la révolution silencieuse , et ô combien nécessaire, que je
| propose
| > :-)
| Mon cher Ami, je vous rappelle que nous avons déj* étudié ( en janvier )
| par simulation l'adoption de le TSVA .
| Pour l'entreprise, la VA baisse ( baisse du prix de vente ) suite * la
| reprise des charges sociales par le nouveau taux de la TSVA .
| Et le partage de cette nouvelle VA tiendra compte de la baisse consécutive
| de la masse salariale ( les charges en moins ) , mais ne
| changera pas un iota pour les autres postes ( amortissements, frais
| financiers , impôts et bénéfice brut ) .
| Autrement dit, l'EBE ne changera pas . Ce qui confirme l'intérêt de cette
| éventuelle réforme si les modalités pratiques ne soulevaient pas un
obstacle
| insurmontable .
| Cordialement .

Oui, pour ce qui vos concerne, je savais que vous aviez compris le système.
Je crois aussi que vous avez compris qu'il favorise la compétitivités des
prix ( HT ) et donc la production et la croissance avec, il est naturel de
le penser, moins d'incitation * délocaliser et la baisse du chômage.
Bien cordialement
RC

M F
8 augustus 2005, 18:05
"Pierre De Los Rios" <pierre.delosrios@neuf.fr> a écrit dans le message de
news: dd4a9a$egi$1@apollon.grec.isp.9tel.net...
>
> "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> 42f53270$0$3134$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> >
> > "Pierre De Los Rios" <pierre.delosrios@neuf.fr> a écrit dans le message
de
> > news: dd22q4$a86$1@apollon.grec.isp.9tel.net...
> > >
> > > "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> > > 42f282a6$0$25048$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> > > > Tirons les conclusions :
> > >
> > > Enfin un bonne plate-forme de discussion .
> > > >
> > > > 1 - Le rôle des entreprises est de produire de la richesse et non
de
> > créer
> > > > des emplois.
> > >
> > > Exact et dire le contraire , c'est mentir .Volontairement ou non .
> > > Les entreprise n'embauchent que si elles ont des débouchés .
> > > Si le marché se restreint, licenciements .
> > > C'est mécanique, c'est la loi du marché . Que ça plaise ou non .
> > > La seule chose * faire, c'est d'offrir aux salariés quelques
> > compensations
> > > ( cf. Code du Travail ) .
> > > >
> > > > 2 - La création d'emplois n'est pas la solution permettant de
> > distribuer
> > > la
> > > > richesse produite et de faire vivre une population.
> > >
> > > Exact * 50% .
> > > La création d'emplois ne permet pas de redistribuer différemment la
> > richesse
> > > produite .
> > > Car,au niveau de la VA nationale , le partage continuera sur sa
lancée (
> > > tendance lourde ) .
> > > Mais contrairement * la fin de l'affirmation ci-dessus, il y aura
> > > amélioration du pouvoir d'achat , grâce au différentiel : salaires -
RMI
> > ou
> > > indemnités de chômage .
> > > >
> >
> > Il en va de même pour notre économie. Ceux qui produisent la richesse
ne
> > participent que pour 5% * cette production puisque les machines font le
> > reste, alors que ceux qui s'en emparent "ajoutent de la valeur" sans
> limite
> > et empochent le pactole. Il est vrai que eux aussi travaillent, mais
pour
> > exploiter les autres. Ce n'est pas très glorieux. En somme la part qui
> > revient au travailleur salarié qui est * la base de cette richesse
n'est
> > plus donc que pour quelques millièmes.
> >
> Chauffe, chauffe, Marcel ! Tu vas drôlement suer pour nous prouver tes
dires
> .
> Comment arrives-tu * ce fameux 5 % et surtout aux quelques millièmes ?
> J'ai hâte de savoir , parce que si tu as raison , j'aurais appris qqchose
de
> très important ( merci d'avance ) mais si tu as tort, je te ferai manger
ton
> chapeau .
> A bientôt .

Je ne vais pas recommencer ma prose. Fallait suivre depuis le début.

Il est vrai que les machines ne servent * rien. On se demande même pourquoi
on les utilise.

Mais lorsqu'on paie un salarié ce salaire entre dans le coût de revient du
produit. Savais pas? donc tu es un ignare. Et que lorsqu'il utilise son
salaire on lui fait payer le prix du marché. Savais pas cela non plus?
Deux poids deux mesures. Ce n'est pas suffisant?

Aussi toute explication pour toi, ignare en la matière, c'est de la
confiture donnée * des cochons.

--
M F
Le Grand Guignol :<http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/negation.htm>


Chauffe, chauffe donc. Mais dépêche toi avant d'être dépassé.

ketch.up@brussel.eir
8 augustus 2005, 19:25
On Mon, 8 Aug 2005 18:58:07 +0200, "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> :



>Aussi toute explication pour toi, ignare en la matière, c'est de la
>confiture donnée * des cochons.

L'expression exact est : "jeter des perles aux cochons"

On est toujours ignare quelque part n'est-ce pas ?

Goret Neuneu
8 augustus 2005, 19:35
Ainsi parlait ketch.up@brussel.eir:

>>Aussi toute explication pour toi, ignare en la matière, c'est de la
>>confiture donnée * des cochons.

> L'expression exact est : "jeter des perles aux cochons"
>
> On est toujours ignare quelque part n'est-ce pas ?

Certes, parce qu'en l'occurence, votre interlocuteur a raison
(http://www.csdm.qc.ca/petite-bourgogne/signet/animauxexpressions.htm),
vous confondez avec jeter des perles * des *porcs* (Matthieu 7:6)

et croyez-moi, question gorets, je m'y connais !


--
G2N
Lard et l'âme ânière.

jmh
8 augustus 2005, 20:15
le lundi 08/08/2005 ketch.up@brussel.eir , usant de ce bien si précieux
qu'est la liberté d'expression, liberté qui ne saurait souffrir
d'aucune restriction nous ecrivait:
> On Mon, 8 Aug 2005 18:58:07 +0200, "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> :
>
>
>
>> Aussi toute explication pour toi, ignare en la matière, c'est de la
>> confiture donnée * des cochons.
>
> L'expression exact est : "jeter des perles aux cochons"
>
> On est toujours ignare quelque part n'est-ce pas ?

L'Evangile dit : Nolite mitiere margaritas ante porcos, ne jetez pas
les perles aux pourceaux. Ce langage figuré lignifie: N'essayez pas de
faire sentir les beautés immatérielles * ceux qui sont appesantis par
la matière.

jmh

--
*** ^_^ ***
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours.

M F
8 augustus 2005, 21:05
<ketch.up@brussel.eir> a écrit dans le message de news:
1e8ff11dnat0967mupp13lqjhh26o4qnka@4ax.com...
> On Mon, 8 Aug 2005 18:58:07 +0200, "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> :
>
>
>
> >Aussi toute explication pour toi, ignare en la matière, c'est de la
> >confiture donnée * des cochons.
>
> L'expression exact est : "jeter des perles aux cochons"
>
> On est toujours ignare quelque part n'est-ce pas ?

OK Mais on ne l'étale pas

Utilisateur1
9 augustus 2005, 11:35
"Pierre De Los Rios" <pierre.delosrios@neuf.fr> a écrit dans le message de
news:dd4a9a$egi$1@apollon.grec.isp.9tel.net...
>
> "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> 42f53270$0$3134$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> >
> > "Pierre De Los Rios" <pierre.delosrios@neuf.fr> a écrit dans le message
de
> > news: dd22q4$a86$1@apollon.grec.isp.9tel.net...
> > >
> > > "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> > > 42f282a6$0$25048$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> > > > Tirons les conclusions :
> > >
> > > Enfin un bonne plate-forme de discussion .
> > > >
> > > > 1 - Le rôle des entreprises est de produire de la richesse et non de
> > créer
> > > > des emplois.
> > >
> > > Exact et dire le contraire , c'est mentir .Volontairement ou non .
> > > Les entreprise n'embauchent que si elles ont des débouchés .
> > > Si le marché se restreint, licenciements .
> > > C'est mécanique, c'est la loi du marché . Que ça plaise ou non .
> > > La seule chose * faire, c'est d'offrir aux salariés quelques
> > compensations
> > > ( cf. Code du Travail ) .
> > > >
> > > > 2 - La création d'emplois n'est pas la solution permettant de
> > distribuer
> > > la
> > > > richesse produite et de faire vivre une population.
> > >
> > > Exact * 50% .
> > > La création d'emplois ne permet pas de redistribuer différemment la
> > richesse
> > > produite .
> > > Car,au niveau de la VA nationale , le partage continuera sur sa lancée
(
> > > tendance lourde ) .
> > > Mais contrairement * la fin de l'affirmation ci-dessus, il y aura
> > > amélioration du pouvoir d'achat , grâce au différentiel : salaires -
RMI
> > ou
> > > indemnités de chômage .
> > > >
> >
> > Il en va de même pour notre économie. Ceux qui produisent la richesse ne
> > participent que pour 5% * cette production puisque les machines font le
> > reste, alors que ceux qui s'en emparent "ajoutent de la valeur" sans
> limite
> > et empochent le pactole. Il est vrai que eux aussi travaillent, mais
pour
> > exploiter les autres. Ce n'est pas très glorieux. En somme la part qui
> > revient au travailleur salarié qui est * la base de cette richesse n'est
> > plus donc que pour quelques millièmes.
> >
> Chauffe, chauffe, Marcel ! Tu vas drôlement suer pour nous prouver tes
dires
> .
> Comment arrives-tu * ce fameux 5 % et surtout aux quelques millièmes ?
> J'ai hâte de savoir , parce que si tu as raison , j'aurais appris qqchose
de
> très important ( merci d'avance ) mais si tu as tort, je te ferai manger
ton
> chapeau .
> A bientôt .
>
>
§§§§§§§§§§§§§§

Fais gaffe a ton chapeau Marcel !
En effet j'ne sais pas ou tu va chercher ce chiffre de 5%

Pour moi ""Ceux qui produisent la richesse ;
> > participent a 100% * cette production..!

"" les machines "" dis tu ! ?
Qu'est-ce qui fait "les machines ..?
Sont-elles tombées du ciel ..!

Faut q'tu revoie ta copie ,et t'éclaicisse tes notions de rapports de
production !

En gros ..les travailleurs qui produisent directement les richesses
sont environ 6 millions en France;
six millions de mecs au boulot qui produisent les richesses
pour soixante million
qui regardent le travail manuel avec des jumelles

Quand on constatent qu'ils sont payé +/- au SMIG on s' étonne qu'il y ait
des problèmes de répartition ..ou de motivation ..!?


Cordialement
@+

M F
9 augustus 2005, 21:35
"Utilisateur1" <andre.collet9@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
42f8856f$0$22288$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
>
> Fais gaffe a ton chapeau Marcel !
> En effet j'ne sais pas ou tu va chercher ce chiffre de 5%

Ah bon.

Je reprends. D'après toi les machines cela ne sert * rien ! Il est faux de
dire que les machines remplacent les travailleurs pour la grande majorité
des tâches?

Je rêve.

>
> Pour moi ""Ceux qui produisent la richesse ;
> > > participent a 100% * cette production..!

Non. Il existe même des centres d'usinage qui fonctionnent seuls et qui
sortent des blocs moteurs * la pelle chez Renault et ailleurs.

>
> "" les machines "" dis tu ! ?
> Qu'est-ce qui fait "les machines ..?
> Sont-elles tombées du ciel ..!

Stupide comme réflexion. Indigne de réponse.

>
> Faut q'tu revoie ta copie ,et t'éclaicisse tes notions de rapports de
> production !

Non merci j'ai déj* donné

Bonsoir


--
M F
Le Grand Guignol :<http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/negation.htm>

Utilisateur1
10 augustus 2005, 18:15
"M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de
news:42f91190$0$3130$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
>
> "Utilisateur1" <andre.collet9@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> 42f8856f$0$22288$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> >
> > Fais gaffe a ton chapeau Marcel !
> > En effet j'ne sais pas ou tu va chercher ce chiffre de 5%
>
> Ah bon.
>
> Je reprends. D'après toi les machines cela ne sert * rien ! Il est faux de
> dire que les machines remplacent les travailleurs pour la grande majorité
> des tâches?
>
> Je rêve.
>
> >
> > Pour moi ""Ceux qui produisent la richesse ;
> > > > participent a 100% * cette production..!
>
> Non. Il existe même des centres d'usinage qui fonctionnent seuls et qui
> sortent des blocs moteurs * la pelle chez Renault et ailleurs.
>
> >
> > "" les machines "" dis tu ! ?
> > Qu'est-ce qui fait "les machines ..?
> > Sont-elles tombées du ciel ..!
>
> Stupide comme réflexion. Indigne de réponse.
>
> >
> > Faut q'tu revoie ta copie ,et t'éclaicisse tes notions de rapports de
> > production !
>
> Non merci j'ai déj* donné
>
> Bonsoir
>
>
> --
> M F
> Le Grand Guignol :<http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/negation.htm>
>
> §§§§§§§§§§§§

""Stupide comme réflexion. Indigne de réponse. "" !?

T' énerve pas comme ça Marcel ..!

Moi ,je crois que ce sont Les travailleurs qui produisent 100%
des richesses ..!
Toi tu ne les vois participer qu'a 5%
ça fait 95% d' erreur ,il y en a forcément un de nous deux
qui marche a coté d'ses pompes !?

Bonnes réflexions
@+

Utilisateur1
10 augustus 2005, 19:15
"M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de
news:42f91190$0$3130$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
>
> "Utilisateur1" <andre.collet9@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> 42f8856f$0$22288$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> >
> > Fais gaffe a ton chapeau Marcel !
> > En effet j'ne sais pas ou tu va chercher ce chiffre de 5%
>
> Ah bon.
>
> Je reprends. D'après toi les machines cela ne sert * rien ! Il est faux de
> dire que les machines remplacent les travailleurs pour la grande majorité
> des tâches?
>
> Je rêve.
>
> >
> > Pour moi ""Ceux qui produisent la richesse ;
> > > > participent a 100% * cette production..!
>
> Non. Il existe même des centres d'usinage qui fonctionnent seuls et qui
> sortent des blocs moteurs * la pelle chez Renault et ailleurs.
>
> >
> > "" les machines "" dis tu ! ?
> > Qu'est-ce qui fait "les machines ..?
> > Sont-elles tombées du ciel ..!
>
> Stupide comme réflexion. Indigne de réponse.
>
> >
> > Faut q'tu revoie ta copie ,et t'éclaicisse tes notions de rapports de
> > production !
>
> Non merci j'ai déj* donné
>
> Bonsoir
>
>
> --
> M F
> Le Grand Guignol :<http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/negation.htm>
>
> §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
Quidam demande a
MF Grand Guignol de revoir sa ta copie , et de potasser ses

"-- notions de rapports de production --" !

pour concept-analyser ! " la cause réelle du chômage ? "

.............Pour faire très court !

Les propriétaires des moyens de production font fabriquer
des marchandises (richesses , robots compris ! ).
par des travailleurs en échange d' un salaire
en payement de leur travail !

Les propriétaires des marchandises les mettent en vente sur le marché
Plus cher que leur coût de production !pour se faire un p'tit profit ...
S'te bonne blague ! , sinon le business n'aurait aucun sens ..!

Que se passe-t-il ..schématiquement dans un cycle de production/vente ! ?

Comme le pouvoir d'achat de l' ensemble des consommateur salarié
est inférieur au prix globale de l'offre des marchandises ....
il y aura forcément des marchandises qui ne trouvent pas preneur faute de
solvabilité !

Au cycle de production suivant il y a donc des travailleurs en trop
pour ajuster la production a la demande solvable .....( chômage
conjoncturel )

ET surtout pour faire pression sur le salaire
de ceux qui restent a l' emploi ( chômage structurelle ! )

AJC
@+

M F
11 augustus 2005, 08:55
"Utilisateur1" <andre.collet9@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
42fa35a2$0$897$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
>
> "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de
> news:42f91190$0$3130$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> >
> > "Utilisateur1" <andre.collet9@wanadoo.fr> a écrit dans le message de
news:
> > 42f8856f$0$22288$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> > >
> > > Fais gaffe a ton chapeau Marcel !
> > > En effet j'ne sais pas ou tu va chercher ce chiffre de 5%
> >
> > Ah bon.
> >
> > Je reprends. D'après toi les machines cela ne sert * rien ! Il est faux
de
> > dire que les machines remplacent les travailleurs pour la grande
majorité
> > des tâches?
> >
> > Je rêve.
> >
> > >
> > > Pour moi ""Ceux qui produisent la richesse ;
> > > > > participent a 100% * cette production..!
> >
> > Non. Il existe même des centres d'usinage qui fonctionnent seuls et qui
> > sortent des blocs moteurs * la pelle chez Renault et ailleurs.
> >
> > >
> > > "" les machines "" dis tu ! ?
> > > Qu'est-ce qui fait "les machines ..?
> > > Sont-elles tombées du ciel ..!
> >
> > Stupide comme réflexion. Indigne de réponse.
> >
> > >
> > > Faut q'tu revoie ta copie ,et t'éclaicisse tes notions de rapports de
> > > production !
> >
> > Non merci j'ai déj* donné
> >
> > Bonsoir
> >
> >
> > --
> > M F
> > Le Grand Guignol :<http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/negation.htm>
> >
> > §§§§§§§§§§§§
>
> ""Stupide comme réflexion. Indigne de réponse. "" !?
>
> T' énerve pas comme ça Marcel ..!
>
> Moi ,je crois que ce sont Les travailleurs qui produisent 100%
> des richesses ..!
> Toi tu ne les vois participer qu'a 5%
> ça fait 95% d' erreur ,il y en a forcément un de nous deux
> qui marche a coté d'ses pompes !?
>
> Bonnes réflexions
> @+

Il faut savoir de quoi on parle. Si on raisonne ce jour ou si on raisonne
globalement.

Globalement en effet le coût de revient d'un produit ne dépend que des
salaires, tous salaires cumulés depuis des lustres. C'est d'ailleurs ce que
je démontre sur mon site * l'adresse

<http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/economie.html#cout>

Mais il ne faut pas s'attarder sur la tréorie, et il faut raisonner au
présent
puisque tout se joue au présent.

Exemple :

Mon neveu a un tracteur. Comme tous les agriculteurs il a un tracteur qui
lui sert * labourer ses terres.

Grâce * son tracteur et * 3 socs de charrue qu'il traîne derrière il
laboure
un hectare de terre entre une et deux heures.

Auparavant son grand-père qui n'avait pas de tracteur labourait avec ses
vaches qu'il attelait * la charrue. Pour labourer un hectare il mettait une
demi-journée.

Auparavant son arrière grand-père qui n'avait pas de vaches retournait son
champ * la bêche. Et il mettait trois jours * 10h donc 30 heures.

Faisons le bilan :

Grâce * sa machine mon neveu assure le même travail que son arrière
grand-père en 20 fois moins de temps. Soit 5% du temps. Il est donc logique
de considérer que la part de travail humain est de 5% et que la part de
travail
du tracteur est de 95%

Il en est de même pour tout, en soulignant que dans certains cas la machine
est capable d'effectuer des tâches impossibles * la main. Par exemple pour
la fabrication des circuits intégrés. Dans ce cas le rapport machine/humain
est infini.

Reste * savoir * qui appartient ce progrès technique qui s'accumule depuis
des lustres. Pour ma part je considère qu'il fait partie de l'héritage que
nous ont légué nos ancêtres. Mais comme les dispositions légales admettent
la capitalisation privée, du même coup on admet facilement que certains
s'accaparent ces richesses afin de les faire valoir et en tirer des
bénéfices.

Merci messieurs les hommes politiques pour votre action.

--
M F
Le Grand Guignol :<http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/negation.htm>

Cayol Raoul
11 augustus 2005, 10:35
"Utilisateur1" <andre.collet9@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
42fa42db$0$25027$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
|
| "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de
| news:42f91190$0$3130$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
| >
| > "Utilisateur1" <andre.collet9@wanadoo.fr> a écrit dans le message de
news:
| > 42f8856f$0$22288$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
| > >
| > > Fais gaffe a ton chapeau Marcel !
| > > En effet j'ne sais pas ou tu va chercher ce chiffre de 5%
| >
| > Ah bon.
| >
| > Je reprends. D'après toi les machines cela ne sert * rien ! Il est faux
de
| > dire que les machines remplacent les travailleurs pour la grande
majorité
| > des tâches?
| >
| > Je rêve.
| >
| > >
| > > Pour moi ""Ceux qui produisent la richesse ;
| > > > > participent a 100% * cette production..!
| >
| > Non. Il existe même des centres d'usinage qui fonctionnent seuls et qui
| > sortent des blocs moteurs * la pelle chez Renault et ailleurs.
| >
| > >
| > > "" les machines "" dis tu ! ?
| > > Qu'est-ce qui fait "les machines ..?
| > > Sont-elles tombées du ciel ..!
| >
| > Stupide comme réflexion. Indigne de réponse.
| >
| > >
| > > Faut q'tu revoie ta copie ,et t'éclaicisse tes notions de rapports de
| > > production !
| >
| > Non merci j'ai déj* donné
| >
| > Bonsoir
| >
| >
| > --
| > M F
| > Le Grand Guignol :<http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/negation.htm>
| >
| > §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
| Quidam demande a
| MF Grand Guignol de revoir sa ta copie , et de potasser ses
|
| "-- notions de rapports de production --" !
|
| pour concept-analyser ! " la cause réelle du chômage ? "
|
| ............Pour faire très court !
|
| Les propriétaires des moyens de production font fabriquer
| des marchandises (richesses , robots compris ! ).
| par des travailleurs en échange d' un salaire
| en payement de leur travail !
|
| Les propriétaires des marchandises les mettent en vente sur le marché
| Plus cher que leur coût de production !pour se faire un p'tit profit ...
| S'te bonne blague ! , sinon le business n'aurait aucun sens ..!
|
| Que se passe-t-il ..schématiquement dans un cycle de production/vente ! ?
|
| Comme le pouvoir d'achat de l' ensemble des consommateur salarié
| est inférieur au prix globale de l'offre des marchandises ....
| il y aura forcément des marchandises qui ne trouvent pas preneur faute de
| solvabilité !

Ce n'est pas forcément vrai si les propriétaires des moyens de production
( ou les actionnaires ) , consomment ou investissent dans les moyens de
production . Idem, s'ils mettent leurs bénéfices * la caisse d'épargne qui
prete cet argent pour créer des m aisons ou investir dans les moyens de
production. Ce serait vrai s'ils mettaient leur argent dans un matelas.

|
| Au cycle de production suivant il y a donc des travailleurs en trop
| pour ajuster la production a la demande solvable .....( chômage
| conjoncturel )

Donc, c'est en pricipe faux.
|
| ET surtout pour faire pression sur le salaire
| de ceux qui restent a l' emploi ( chômage structurelle ! )

Le chômage trop élevé fait, effectivement pression sur lessalaires.
Il est dû aux importations ou * la production des robots ( machines) qui
exclent de l'emploi et, en partie, * l'immigration .

Les chomeurs sont pénalisés par une baisse de leur pouvoir d'achat s'il y a
une protection sociale ou n'ont plus aucun pouvoir d'achat s'il n'y a pas de
protection sociale.
A son tour, l'économie est pénalisée par la baisse du pouvoir d'achat des
actifs, via le chômage.
Il faut donc réduire le chômage * un taux très faible.
De 1955 * 1970, nous avons eu des taux de chômage situés entre 0,9 % et 2,7
% : c'était la période des 30 glorieuses, reproductibles.
Rapul louis Cayol

critico
14 augustus 2005, 10:25
M F a écrit :

> "Pierre De Los Rios" <pierre.delosrios@neuf.fr> a écrit dans le messagede
> news: dd4a9a$egi$1@apollon.grec.isp.9tel.net...
> >
> > "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> > 42f53270$0$3134$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> > >
> > > "Pierre De Los Rios" <pierre.delosrios@neuf.fr> a écrit dans le message
> de
> > > news: dd22q4$a86$1@apollon.grec.isp.9tel.net...
> > > >
> > > > "M F" <marcel.fray@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> > > > 42f282a6$0$25048$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> > > > > Tirons les conclusions :
> > > >
> > > > Enfin un bonne plate-forme de discussion .
> > > > >
> > > > > 1 - Le rôle des entreprises est de produire de la richesse et non
> de
> > > créer
> > > > > des emplois.
> > > >
> > > > Exact et dire le contraire , c'est mentir .Volontairement ou non .
> > > > Les entreprise n'embauchent que si elles ont des débouchés .
> > > > Si le marché se restreint, licenciements .
> > > > C'est mécanique, c'est la loi du marché . Que ça plaise ou non .
> > > > La seule chose * faire, c'est d'offrir aux salariés quelques
> > > compensations
> > > > ( cf. Code du Travail ) .
> > > > >
> > > > > 2 - La création d'emplois n'est pas la solution permettant de
> > > distribuer
> > > > la
> > > > > richesse produite et de faire vivre une population.
> > > >
> > > > Exact * 50% .
> > > > La création d'emplois ne permet pas de redistribuer différemment la
> > > richesse
> > > > produite .
> > > > Car,au niveau de la VA nationale , le partage continuera sur sa
> lancée (
> > > > tendance lourde ) .
> > > > Mais contrairement * la fin de l'affirmation ci-dessus, il y aura
> > > > amélioration du pouvoir d'achat , grâce au différentiel : salaires -
> RMI
> > > ou
> > > > indemnités de chômage .
> > > > >
> > >
> > > Il en va de même pour notre économie. Ceux qui produisent la richesse
> ne
> > > participent que pour 5% * cette production puisque les machines font le
> > > reste, alors que ceux qui s'en emparent "ajoutent de la valeur" sans
> > limite
> > > et empochent le pactole. Il est vrai que eux aussi travaillent, mais
> pour
> > > exploiter les autres. Ce n'est pas très glorieux. En somme la part qui
> > > revient au travailleur salarié qui est * la base de cette richesse
> n'est
> > > plus donc que pour quelques millièmes.
> > >
> > Chauffe, chauffe, Marcel ! Tu vas drôlement suer pour nous prouver tes
> dires
> > .
> > Comment arrives-tu * ce fameux 5 % et surtout aux quelques millièmes ?
> > J'ai hâte de savoir , parce que si tu as raison , j'aurais appris qqchose
> de
> > très important ( merci d'avance ) mais si tu as tort, je te ferai manger
> ton
> > chapeau .
> > A bientôt .
>
> Je ne vais pas recommencer ma prose. Fallait suivre depuis le début.
>
> Il est vrai que les machines ne servent * rien. On se demande même pourquoi
> on les utilise.
>
> Mais lorsqu'on paie un salarié ce salaire entre dans le coût de revient du
> produit. Savais pas? donc tu es un ignare. Et que lorsqu'il utilise son
> salaire on lui fait payer le prix du marché. Savais pas cela non plus?
> Deux poids deux mesures. Ce n'est pas suffisant?
>
> Aussi toute explication pour toi, ignare en la matière, c'est de la
> confiture donnée * des cochons.
>
> --

C'est ben vrai ça, Marcel : je suis ignare,car j'ignore tout de la
merveilleuse théorie grand-guignolesque qui explique tout sans rien
démontrer!
J'attends toujours la démonstration que seuls 5% reviennent aux
salariés dans le coût de la production . Vite, va apporter la bonne
nouvelle * l'INSEE qui calcule que la rémunération des salariés est
d'environ 58% de la VA brute depuis plus de 15 ans .
Il y a comme un défaut et je me retrouve au milieu d'une bande
d'ignares de grand chemin .
Mais on rigole bien.....

critico
15 augustus 2005, 07:35
M F a écrit :

> "Utilisateur1" <andre.collet9@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
> 42fa35a2$0$897$8fcfb975@news.wanadoo.fr...
> >
> > T' énerve pas comme ça Marcel ..!
> >
> > Moi ,je crois que ce sont Les travailleurs qui produisent 100%
> > des richesses ..!
> > Toi tu ne les vois participer qu'a 5%
> > ça fait 95% d' erreur ,il y en a forcément un de nous deux
> > qui marche a coté d'ses pompes !?
> >
>
> Il faut savoir de quoi on parle. Si on raisonne ce jour ou si on raisonne
> globalement.
>
> Globalement en effet le coût de revient d'un produit ne dépend que des
> salaires, tous salaires cumulés depuis des lustres. C'est d'ailleurs ceque
> je démontre sur mon site * l'adresse
>
> <http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/economie.html#cout>

Cette page est malheureusement inaccesible .
Alors, pour notre gouverne, redonne nous ta démonstration .
>
> Mais il ne faut pas s'attarder sur la tréorie, et il faut raisonner au
> présent
> puisque tout se joue au présent.
>
> Exemple :
>
> Mon neveu a un tracteur. Comme tous les agriculteurs il a un tracteur qui
> lui sert * labourer ses terres.
>
> Grâce * son tracteur et * 3 socs de charrue qu'il traîne derrière il
> laboure
> un hectare de terre entre une et deux heures.
>
> Auparavant son grand-père qui n'avait pas de tracteur labourait avec ses
> vaches qu'il attelait * la charrue. Pour labourer un hectare il mettaitune
> demi-journée.
>
> Auparavant son arrière grand-père qui n'avait pas de vaches retournait son
> champ * la bêche. Et il mettait trois jours * 10h donc 30 heures.
>
> Faisons le bilan :
>
> Grâce * sa machine mon neveu assure le même travail que son arrière
> grand-père en 20 fois moins de temps. Soit 5% du temps. Il est donc logique
> de considérer que la part de travail humain est de 5% et que la part de
> travail
> du tracteur est de 95% .

Faisons le point . Si on décide de rémunérer les facteurs mis en
oeuvre dans la production proportionnellement * leur participation en
temps, on devrait, selon toute logique, rémunérer le travail humain
5% et les machines ( via l'EBE) * 95 % .
Ca va loin un tel raisonnement .
>
> Il en est de même pour tout, en soulignant que dans certains cas la machine
> est capable d'effectuer des tâches impossibles * la main. Par exemplepour
> la fabrication des circuits intégrés. Dans ce cas le rapport machine/humain
> est infini.

Et l*, tout * l'EBE ! Bravo, Marcel .
>
> Reste * savoir * qui appartient ce progrès technique qui s'accumuledepuis
> des lustres. Pour ma part je considère qu'il fait partie de l'héritage que
> nous ont légué nos ancêtres.

Alors, tout * l'Etat qui redistribuera ensuite * se convenance .
Marcel, tu as inventé une machine plus puissante que le Gosplan ....
On travaille gratos et on tend l'écuelle .

Mais comme les dispositions légales admettent
> la capitalisation privée, du même coup on admet facilement que certains
> s'accaparent ces richesses afin de les faire valoir et en tirer des
> bénéfices.
>
> Merci messieurs les hommes politiques pour votre action.

Merci Marcel pour cette contribution grand-guignolesque .
>

M F
15 augustus 2005, 09:35
"critico" <dlr-pierre@neuf.fr> a écrit dans le message news:
1124087178.323767.13330@o13g2000cwo.googlegroups.c om...

>
> Il faut savoir de quoi on parle. Si on raisonne ce jour ou si on raisonne
> globalement.
>
> Globalement en effet le coût de revient d'un produit ne dépend que des
> salaires, tous salaires cumulés depuis des lustres. C'est d'ailleurs ce
que
> je démontre sur mon site * l'adresse
>

http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/democratie.html#cout

Cette page est malheureusement inaccesible .
Alors, pour notre gouverne, redonne nous ta démonstration .

OK voil* :

(*-2) : Détermination du coût de revient d'un produit :

Le coût de revient d'un produit comprend trois postes principaux et
incontournables:

1 - La matière première

2 - La main d'oeuvre

3 - L'amortissement des machines et des matériels

A cela s'ajoutent des postes secondaires, impôt, charges sociales,...

Il est aisé de constater que toute diminution du coût de revient passe
systématiquement par la diminution du coût de la main d'oeuvre. Supposons
que l'on réduise le coût de la main d'oeuvre * zéro. Il demeure encore la
matière première et les matériels.

Mais ces éléments viennent d'autres entreprises en amont dans la
chronologie de la fabrication. Ce sont ces autres entreprises qui
fournissent la matière première et les matériels, entreprises qui ont le
même schéma pour l'élaboration de leurs coûts de revient respectifs.

Réduisons * zéro le coût de la main d'oeuvre pour ces autres entreprises.
Que reste-t-il ? La matière première et les matériels, qui viennent
également d'autres entreprises situées en amont dans la chronologie.

Remontons jusqu'au début de la chaîne. Que reste-t-il ?

De la matière première gratuite parce qu'elle vient du sol de la planète.

En conclusion, si l'on pouvait supprimer totalement la main d'oeuvre * tous
les niveaux, le coût de revient du produit serait de zéro Franc, zéro
Centimes.



>
> Mais il ne faut pas s'attarder sur la tréorie, et il faut raisonner au
> présent
> puisque tout se joue au présent.
>
> Exemple :
>
> Mon neveu a un tracteur. Comme tous les agriculteurs il a un tracteur qui
> lui sert * labourer ses terres.
>
> Grâce * son tracteur et * 3 socs de charrue qu'il traîne derrière il
> laboure
> un hectare de terre entre une et deux heures.
>
> Auparavant son grand-père qui n'avait pas de tracteur labourait avec ses
> vaches qu'il attelait * la charrue. Pour labourer un hectare il mettait
une
> demi-journée.
>
> Auparavant son arrière grand-père qui n'avait pas de vaches retournait son
> champ * la bêche. Et il mettait trois jours * 10h donc 30 heures.
>
> Faisons le bilan :
>
> Grâce * sa machine mon neveu assure le même travail que son arrière
> grand-père en 20 fois moins de temps. Soit 5% du temps. Il est donc
logique
> de considérer que la part de travail humain est de 5% et que la part de
> travail
> du tracteur est de 95% .

Faisons le point . Si on décide de rémunérer les facteurs mis en
oeuvre dans la production proportionnellement * leur participation en
temps, on devrait, selon toute logique, rémunérer le travail humain
5% et les machines ( via l'EBE) * 95 %
------------------------------- .
Ca va loin un tel raisonnement .

Effectivement ça va loin. Mais on parlz l* de rémunération pas de la
dimension réelle de la richesse produite. Maiss comme le Marché sacré et
intouchable impose une autre forme de mesure de la richesse, tout tombe *
l'eau, sauf en ce qui concerne la rémunération de ceux qui se sont emparés
du capital et qui empochent des bénéfices

--------------------.


>
> Il en est de même pour tout, en soulignant que dans certains cas la
machine
> est capable d'effectuer des tâches impossibles * la main. Par exemple pour
> la fabrication des circuits intégrés. Dans ce cas le rapport
machine/humain
> est infini.

Et l*, tout * l'EBE ! Bravo, Marcel .

--------------------------

Allons remettez vos pieds sur terre. Marre de vos élucubrations ludiques

--
M F
Le Grand Guignol :<http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray/>

critico
20 augustus 2005, 10:45
Marcel, ça va faire mal !

- Considérer les charges sociales comme " secondaires", c'est se
foutre du monde ! Le coût de la main d'oeuvre les englobe
automatiquement ...si on sait calculer un prix de revient .
Il faut arrêter de boire avant de poster, Marcel !

- Supposer de réduire le coût du personnel * zéro est la plus
grosse bêtise proférée ici . Même des exclaves ou des" invités"
des goulags coûteraient au moins le prix de leur nourriture .Quant *
imaginer une usine sans personnel, c'est délirant .

- Et ça continue : on suppose des coûts zéro pour les entreprises en
amont . Il vaudrait mieux supposer qu'on vit au pays d' Alice . Au
moins le roman serait lisible pour les enfants et les demeurés.
Raisonnement complétement débile.

- Enfin, comment le grand Marcel calcule-t-il la "dimension réelle de
la richesse produite" ? Au coût réel des matières premières, il
ajoute peut-être des grandeurs mesurées en unités physiques : nombre
d'heures ouvrées ( pondérées selon les qualifications) et poids des
machines utilisées ( pondérées ici aussi selon la nature des
matériaux : fonte, fer, inox, cuivre,...).
On peut rire un bon coup ?

Et tu as l'audace de me demander de remmetre les pieds sur terre ?
C'est au moins du troisième degré, hein Marcel ?