PDA

View Full Version : =?iso-8859-1?q?La_faiblesse_d=E9mographique_fran=E7aise_a-t-elle_permis_d'=E9pargner_et_d'investissir_plus_=3F ?=


Bamako sur Seine
9 oktober 2006, 07:55
La France du XIXe et XXe siècles a eu une démographie nettement moins
forte que celles de quasi tous les autres pays européens
(l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas,
l'Italie, la Russie, etc.). Cette faiblesse démographique a-t-elle
permis d'investir l'argent épargné sur les dépenses
démographiques (écoles, hôpitaux, enseignants, logements) dans des
infrastructures et un développement supérieur économique, agricole,
scientifique , militaire ou même sportif * ses voisins européens ?
Il semble que ce fut tout le contraire sur tous ces plans.

Petit extrait du Malthusianisme démographique d'Alfred Sauvy * ce
sujet :

« Volatilisation de l'épargne française (1880-1914)

C'est surtout * partir de 1880 que le Français a suivi le conseil
de J.-B. Say : « Faites de l'épargne plutôt que des enfants. »
Les générations ont * peine assurés leur remplacement, pratiquant
de plus en plus le Zweikinder-System ou même l'enfant unique.
Qu'est devenue cette énorme épargne ou du moins cette énorme
possibilité d'épargne ?
Un doute subsiste tout d'abord sur son volume, M. Goldenberg a
estimé, en effet, ainsi l'épargne des populations française,
anglaise et allemande :

Pays Accroissement de la population
France 10 %
Angleterre 57 %
Allemagne 57 %

Pays......Revenu national épargné
France 10%
Angleterre 12 * 15%
Allemagne 15 * 20%

Si ces chiffres sont justes, la France a, contrairement * l'opinion
courante, épargné moins que ses deux grandes voisines, malgré la
réduction des besoins dans les familles. Le besoin d'investissements
démographiques et de logements aurait donc, par un mécanisme qui
reste * démontrer, forcé en quelque sorte l'épargne, dans les
pays * population croissante. Ainsi aurait été comblée une
première partie du handicap.

Mais, en ce cas, cet effort n'a-t-il pas entraîné, pour ces
populations, des privations plus élevées, une moindre consommation ?
Le Français n'a-t-il pas, en revanche, eu tout au moins l'avantage
de mieux vivre pendant ce temps ? Ce point étant repris plus loin,
tenons-nous-en pour le moment * l'épargne. Du moment que ces 10 %
du revenu national pouvaient être affectés presque entièrement *
des investissements économiques, améliorants, n'auraient-ils pas
dû permettre un fort enrichissement des individus ? Tandis que la
famille allemande s'épuisait * construire des maisons pour ses
quatre enfants, la famille française n'a-t-elle pas accumulé la
fortune créatrice ?
Ici encore, les événements ont tourné contre le malthusianisme. De
1871 * 1913, la France place * peine 50% de son épargne (qui seront
pour la plupart perdus, car il s'agit pour les quatre cinquièmes de
fonds d'État) contre 75 % pour l'Angleterre et 90% pour
l'Allemagne.

L'épargne placée en France se décompose * peu près ainsi si en
1908 :

Fonds d'États.... 50%
Chemins de fer (le passé)... 25%
Industrie ....25%

Finalement, sur 100 francs épargnés par la France, 12 seulement, soit
le huitième * peine ont contribué * féconder l'économie du
pays. [Alors que les dépenses démographiques allemandes
supplémentaires restent en grande partie en Allemagne : logements,
instituteurs, services médicaux, produits culturels pour les enfants]

Il ne s'agit pas d'une simple coïncidence : ne croyant pas *
l'avenir, un peuple sans enfants ne peut avoir une mentalité de
pionnier. Il fallait ignorer les plus élémentaires leçons de
l'histoire et de la morale internationale pour s'imaginer qu'une
nation pût devenir indéfiniment un peuple de rentiers, par la seule
force des contrats. À l'échelle internationale, on ne rembourse
qu'aux riches.

Moins le Français avait d'enfants, plus il avait *peur* [j'insiste
car on a vu plusieurs ici montrer tous les signes de la peur de la
paternité et du catastrophisme] [plus il avait peur] de risquer son
avoir. Lorsque Péguy traite le père de famille d'aventurier des
temps modernes, il ne se livre * aucune boutade. Le 3%, dit placement
de père de famille, fut, au contraire, particulièrement apprécié
par ceux qui refusèrent l'enfant vers 1910. Ces vieux ont pleuré
plus tard en pensant au fils que ces vignettes leur ont coûté.

Mais l'État, les villes, qui ont tant emprunté n'ont-ils pas
construit, aménagé, modernisé ? Une fois de plus, le résultat
dément la logique apparente. Il faudrait se plonger dans les budgets
pour voir * quelles mesquineries [cf. Delanoë aujourd'hui *
Paris], * quelles faiblesses, * quelles erreurs sans panache il faut
attribuer cette dissipation.

Quant aux territoires coloniaux, ils ont été négligés [comparé aux
Anglais, Belges et Hollandais en Insulinde, chiffres ailleurs sur le
peu de production de l'Indochine comparée * la Malaisie et *
l'Insulinde]. Le désir de défricher, de créer ne hante pas les
populations vieillissantes, Lorsque manque les cadets, les vocations
tropicales sont rares et trouvent, dans les places de fonctionnaires,
un débouché suffisant.

Que serait-il arrivé si, faute d'exutoire étranger, les capitaux
avaient été obligés de s'investir dans le pays. Ils se seraient
heurtés au manque d'hommes. Cette observation surprendra ceux qui
s'attachent * des jugements reçus. N'y eut-il pas constamment des
chômeurs, des travailleurs en excédent sur certaines terres, des
fonctionnaires et des commerçants en surnombre ? Sans doute et
peut-être des injections de capitaux eussent-elles absorbé une partie
de cette population peu productive; mais la dépression démographique
ne conduit pas nécessairement au plein, ni au meilleur emploi [cf.
Europe en déclin démographique et États-Unis toujours très
dynamique au niveau de l'emploi et de la démographie]. Les hommes
sont animés très inégalement par l'esprit d'entreprise [les
créateurs d'entreprises sont, pour la plupart, des jeunes de 25 *
35 ans].

Pour le reste lire Sauvy.

Falloujah mon amour
9 oktober 2006, 11:45
Di0g3n3 a écrit :
> "Tervinge" <xx.xx@xx.xx> a écrit dans le message de
> news:v99bxqycgk2j$.dlg@wisi.goth...
>
>>Intervenant précédent : Di0g3n3
>>

>>
>>>Retourne donc faire des enfants comme le reclame ton dieu.
>>

Remarque profondément conne et blessante, l'article montre justement
qu'il ne faut pas être religieux pour comprendre l'avantage d'une
démographie saine.

>>Surtout que Dieu, dans sa grande sagesse, s'est arrangé pour que cette
>>partie l* ne soit pas la plus désagréable.
>
>
> Je ne crois pas que ce soit dieu qui soit a l'origine de cela!

Peu importe ! Vous vous croyez malin parce que vous insultez et ne
croyez pas en Dieu. Ça fait petit collégien qui se croit grandi en
comprenant subitement l'athéisme que distille son prof.

Anne
9 oktober 2006, 18:45
Falloujah mon amour wrote:

> Vous vous croyez malin parce que vous insultez et ne
> croyez pas en Dieu. Ça fait petit collégien qui se croit grandi en
> comprenant subitement l'athéisme que distille son prof.

Vous professez un mépris infini pour les athées.

L'athéisme n'a jamais été inculqué de force, contrairement * vos
croyances. C'est très souvent le fruit d'une réflexion. Comment
expliqueriez-vous, sinon, le grand nombre d'athées issus de familles et
d'écoles catholiques ?

Souffrez que nombreux sont ceux qui ont hérité leur athéisme de leurs
ancètres, comme vous avez hérité vos croyances des vôtres.

mark roney
9 oktober 2006, 20:15
x-no-archive: yes

"Anne" <an_guille@alussinan.org> wrote in message
news:ckvWg.54292$0H5.518559@wagner.videotron.net.. .
> Falloujah mon amour wrote:
> Comment expliqueriez-vous, sinon, le grand nombre d'athées issus de
> familles et d'écoles catholiques ?
>

Grand nombre? Sources svp.

La seule chose que ça prouverait, c'est que le catholicisme est ouvert et
tolérant. Les musulmans égorgeraient leurs enfants avant de les laisser
devenir athées.

Anne
9 oktober 2006, 20:25
mark roney wrote:
> "Anne" <an_guille@alussinan.org> wrote in message

>>Comment expliqueriez-vous, sinon, le grand nombre d'athées issus de
>>familles et d'écoles catholiques ?

> Grand nombre? Sources svp.

Un peu de logique suffit.

Sachant que tous les Québécois ayant fait leur scolarité il y a plus de
30 ans sont issus de l'école confessionnelle (il n'y en avait pas
d'autre), d'où viendraient tous ces méchants athées ?

CQFD

> La seule chose que ça prouverait, c'est que le catholicisme est ouvert et
> tolérant.

Je n'ai pas dit le contraire.

Je réfutais l'affirmation voulant que ce sont les méchants professeurs
athées qui auraient inculqué de force leur idéologie perverse dans les
pauvres têtes blondes.

[snip la paranoïa raciste]