PDA

View Full Version : =?ISO-8859-1?Q?Saviez-vous_que=2E=2E=2E_-_1312_-_mon_?==?ISO-8859-1?Q?honneur_s=27appelle_fid=E9lit=E9?=


D'Iberville
11 oktober 2006, 10:35
.... depuis 1934, le traditionnel serment d'allégeance de l'Armée *
l'État avait été remplacé par un serment de fidélité * la personne-même
du Führer.

Pour le soldat allemand, et a fortiori pour l'officier supérieur,
héritier d'une longue tradition d'obéissance aux ordres et heureux
bénéficiaire de primes substantielles destinées * garantir sa loyauté,
toute idée de sédition était quasiment exclue.

De fait, consciemment ou non, chacun avait plus ou moins fait sien la
devise de la SS - "mon honneur s'appelle fidélité" - et considérait avec
horreur toute idée de renverser un gouvernement - celui de Hitler -
perçu comme le seul légitime même s'il conduisait petit * petit le pays
* sa ruine.

Même après Stalingrad, on ne trouva aucun officier de haut rang
véritablement désireux de s'engager personnellement dans un complot
destiné * renverser ou * éliminer le Führer. Et ceux-ci, ainsi que la
majorité du peuple allemand, accueillirent avec indignation l'annonce de
l'attentat raté du 20 juillet 1944, mené par le colonel Stauffenberg.

Jusqu'* la fin, jusqu'* l'effondrement de l'Allemagne, les conjurés
restèrent donc, au mieux, des colonels ou des généraux de second rang
qui, et c'était bien l* leur drame, étaient quasiment inconnus du grand
public, et manquaient donc totalement de légitimité.

Dans l'Allemagne nazie, il n'existait en vérité que deux feld-maréchaux
suffisamment populaires que pour être éventuellement capables de
remplacer Hitler et de rallier sous leur bannière les forces armées
ainsi que l'opinion publique allemandes. Tous les deux furent, *
diverses reprises, approchés par la conjuration.

Le premier d'entre eux, Erich von Manstein, en rejeta l'idée pour des
raisons personnelles - mais n'anticipons pas. Le second, Erwin Rommel
(http://photos1.blogger.com/blogger/5471/452/1600/rommel.jpg), se
réfugia dans une prudente sympathie envers les conjurés. Une sympathie
qui lui valut de devoir se suicider "sur ordres" après l'attentat raté
du 20 juillet 1944.

Faute de véritable chef * leur tête, et il faut bien le dire aussi grâce
* la chance insolente dont bénéficia Hitler tout au long de son règne,
les conjurés ne parvinrent jamais * mettre le régime en péril.
--
Quotidiennement updatés, et avec photos, les "Saviez-vous que...",
sont enfin disponibles en ligne : http://diberville.blogspot.com/
"Davon geht die Welt nicht unter, sieht man sie manchmal auch grau".