PDA

View Full Version : Wafa Sultan, une femme courageuse et lucide


john
16 oktober 2006, 16:55
« Les musulmans doivent se demander ce qu'ils peuvent faire pour l'humanité avant
d'exiger que l'humanité les respecte ». Cette phrase a de quoi choquer, surtout dans
la bouche d'une femme arabe. Mais au risque de sa vie, Wafa Sultan ose enfin parler.
Après deux interviews accordées la télé arabe Al Jazeera (photo), elle est devenue,
pour beaucoup de femmes surtout, le symbole du courage et de la liberté. Elle est la
première femme * briser le mur du silence en attaquant devant les médias du monde
les mouvements islamiques radicaux et les principes du Coran qui affirment que
« l'on doit lutter contre ceux qui ne croient pas au pouvoir d'Allah ».

Malgré les menaces de mort persistantes qu'elle reçoit chaque jour et le refus de sa
famille de la revoir, elle n'a pas peur. Elle ne lutte pas contre une religion mais contre
une oppression, une dictature. « Ce n'est pas un conflit de civilisation mais un conflit
d'époque entre une mentalité qui appartient au Moyen âge et une autre qui appartient
au 21ème siècle », affirme-t- elle.

« Pourquoi seuls les musulmans défendent-ils leur croyance en brûlant des lieux saints,
en torturant, en assassinant? », demande- t-elle. Certains la traitent d'hérétique, d'ennemie,
de blasphématrice. Et comme il ne faut pas perdre les bonnes habitudes, les Juifs ne
sont pas épargnés dans cette histoire. Le frère aîné de Wafa affirme d'ailleurs que sa
sour aurait touché un million de dollars de Juifs américains pour attaquer l'Islam.

En Syrie, explique t-elle, « on nous a élevés avec la haine du Juif et d'Israël. On nous
expliquait qu'ils n'étaient pas des êtres humains mais des espèces de créatures diaboliques.
En arrivant aux Etats-Unis, j'ai vu un Juif pour la première fois. Au départ j'ai eu peur,
j'étais persuadée qu'il voulait me tuer. Je me suis vite rendue compte qu'ils étaient
comme nous, ni plus ni moins humains que nous ».

«Les juifs ont forcé le respect du monde par leur travail et leur connaissance, non par
leur argent ou par la menace, poursuit-elle. D'ailleurs, a-t-on vu un seul juif protester
en se faisant exploser dans un restaurant ?, questionne Wafa, qui prévoit même de
venir dans quelques temps visiter Israël, bravant * nouveau certains musulmans qui
protestent en expliquant qu'elle ferait mieux de s'occuper du sort des Palestiniens q
ue de se "pavaner tranquillement dans un pays qui veut la mort de son peuple". Mais
elle est déterminée et ne prête pas attention * ces extrémistes.

Elle a perdu sa famille mais a gagné, en échange, le respect et l'estime du monde.
Elle reçoit des mails du Liban, d'Irak, de Jordanie et même d'Arabie Saoudite, de
femmes oppressées qui l'encouragent dans sa lutte. Cependant, la plupart de ces
messages restent anonymes. La peur règne et aucune n'est encore prête * prendre
la relève.

Au départ Wafa Sultan était comme ces femmes. Née au sein d'une famille très pieuse,
c'est en 1979 que sa vie prend un tournant. Son professeur * l'université de médecine
se fait assassiner sous ses yeux, en plein cours, par les frères musulmans aux cris
de « Allah Akbar ». Elle réfléchit alors sur sa vie et ses croyances. Petit * petit, elle
arrête de prier tous les jours et s'éloigne de sa famille. Elle rencontre son mari qui
partage les mêmes doutes sur leur religion. Après dix ans de lutte pour obtenir leurs
visas, ils arrivent * s'enfuir de Syrie. Et débarquent * Los Angeles avec leurs deux
enfants et cent dollars en poche. Elle fait des petits boulots tels que serveuse,
gardienne, caissière, pour survivre. Lui, détenteur d'un diplôme d'ingénieur, se retrouve
mécanicien. « On a tout quitté pour fuir notre pays ». Elle écrit quelques articles
pour des journaux arabo-américains. Mais les éditeurs refusent de les publier, estimant
qu'elle va trop loin dans ses propos. Elle reçoit des avertissements du conseil des
relations Islamiques Américaines.

Mais quand arrive le drame du 11 septembre, elle ne peut plus se taire. Elle crée son
propre site « anneqed.com », visité par plus d'un million d'internautes. Au départ,
personne ne croyait en elle. Mais aujourd'hui, le monde et spécialement les femmes
vivant dans des pays où les droits de l'homme sont loin d'être respectés, se rendent
compte que l'on a besoin de personnes comme Wafa Sultan.

L'Islam radical lui a volé 30 ans de sa vie, aujourd'hui elle peut fièrement clamer sa
liberté face * lui et affirmer: « Je suis fière de ce que j'ai accompli, c'est la mission
de ma vie et personne ne m'arrêtera ».

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=24611

Acribia
16 oktober 2006, 17:45
C'est elle qui est courageuse bien * l'aise * Los Angeles ?

Elle apparaît simplement comme une femme braillarde et décervelée par
Hollywood pour beaucoup de musulmanes. Une caricature arrogante.

zorglub
16 oktober 2006, 23:35
> Et comme il ne faut pas perdre les bonnes habitudes,
> les Juifs ne sont pas épargnés dans cette histoire.

Ils sont effectivement désintéressés les juifs : il suffit de voir de
quel site vient cette info :-)

dreads
17 oktober 2006, 01:55
La première femme musulmane * briser le mur du silence ?
Ca, c'est très précisment ce qu'on appelle un mensonge médiatique !
Elle est juste la femme musulmane la plus exposée en ce moment au feu
des projecteurs. Il y en a des dizaines d'autres qui l'ont précédée
et dont on parle moins aujourd'hui simplement parce que les médias en
ont trouvé une autre.

john wrote:
> « Les musulmans doivent se demander ce qu'ils peuvent faire pour l'humanité avant
> d'exiger que l'humanité les respecte ». Cette phrase a de quoi choquer, surtout dans
> la bouche d'une femme arabe. Mais au risque de sa vie, Wafa Sultan ose enfin parler.
> Après deux interviews accordées la télé arabe Al Jazeera (photo), elle est devenue,
> pour beaucoup de femmes surtout, le symbole du courage et de la liberté.. Elle est la
> première femme * briser le mur du silence en attaquant devant les médias du monde
> les mouvements islamiques radicaux et les principes du Coran qui affirment que
> « l'on doit lutter contre ceux qui ne croient pas au pouvoir d'Allah ».
>
> Malgré les menaces de mort persistantes qu'elle reçoit chaque jour etle refus de sa
> famille de la revoir, elle n'a pas peur. Elle ne lutte pas contre une religion mais contre
> une oppression, une dictature. « Ce n'est pas un conflit de civilisation mais un conflit
> d'époque entre une mentalité qui appartient au Moyen âge et une autre qui appartient
> au 21ème siècle », affirme-t- elle.
>
> « Pourquoi seuls les musulmans défendent-ils leur croyance en brûlant des lieux saints,
> en torturant, en assassinant? », demande- t-elle. Certains la traitent d'hérétique, d'ennemie,
> de blasphématrice. Et comme il ne faut pas perdre les bonnes habitudes,les Juifs ne
> sont pas épargnés dans cette histoire. Le frère aîné de Wafa affirme d'ailleurs que sa
> sour aurait touché un million de dollars de Juifs américains pour attaquer l'Islam.
>
> En Syrie, explique t-elle, « on nous a élevés avec la haine du Juif et d'Israël. On nous
> expliquait qu'ils n'étaient pas des êtres humains mais des espècesde créatures diaboliques.
> En arrivant aux Etats-Unis, j'ai vu un Juif pour la première fois. Au départ j'ai eu peur,
> j'étais persuadée qu'il voulait me tuer. Je me suis vite rendue compte qu'ils étaient
> comme nous, ni plus ni moins humains que nous ».
>
> «Les juifs ont forcé le respect du monde par leur travail et leur connaissance, non par
> leur argent ou par la menace, poursuit-elle. D'ailleurs, a-t-on vu un seul juif protester
> en se faisant exploser dans un restaurant ?, questionne Wafa, qui prévoit même de
> venir dans quelques temps visiter Israël, bravant * nouveau certains musulmans qui
> protestent en expliquant qu'elle ferait mieux de s'occuper du sort des Palestiniens q
> ue de se "pavaner tranquillement dans un pays qui veut la mort de son peuple". Mais
> elle est déterminée et ne prête pas attention * ces extrémistes.
>
> Elle a perdu sa famille mais a gagné, en échange, le respect et l'estime du monde.
> Elle reçoit des mails du Liban, d'Irak, de Jordanie et même d'Arabie Saoudite, de
> femmes oppressées qui l'encouragent dans sa lutte. Cependant, la plupart de ces
> messages restent anonymes. La peur règne et aucune n'est encore prête* prendre
> la relève.
>
> Au départ Wafa Sultan était comme ces femmes. Née au sein d'une famille très pieuse,
> c'est en 1979 que sa vie prend un tournant. Son professeur * l'université de médecine
> se fait assassiner sous ses yeux, en plein cours, par les frères musulmans aux cris
> de « Allah Akbar ». Elle réfléchit alors sur sa vie et ses croyances. Petit * petit, elle
> arrête de prier tous les jours et s'éloigne de sa famille. Elle rencontre son mari qui
> partage les mêmes doutes sur leur religion. Après dix ans de lutte pour obtenir leurs
> visas, ils arrivent * s'enfuir de Syrie. Et débarquent * Los Angeles avec leurs deux
> enfants et cent dollars en poche. Elle fait des petits boulots tels que serveuse,
> gardienne, caissière, pour survivre. Lui, détenteur d'un diplôme d'ingénieur, se retrouve
> mécanicien. « On a tout quitté pour fuir notre pays ». Elle écrit quelques articles
> pour des journaux arabo-américains. Mais les éditeurs refusent de lespublier, estimant
> qu'elle va trop loin dans ses propos. Elle reçoit des avertissements duconseil des
> relations Islamiques Américaines.
>
> Mais quand arrive le drame du 11 septembre, elle ne peut plus se taire. Elle crée son
> propre site « anneqed.com », visité par plus d'un million d'internautes. Au départ,
> personne ne croyait en elle. Mais aujourd'hui, le monde et spécialementles femmes
> vivant dans des pays où les droits de l'homme sont loin d'être respectés, se rendent
> compte que l'on a besoin de personnes comme Wafa Sultan.
>
> L'Islam radical lui a volé 30 ans de sa vie, aujourd'hui elle peut fièrement clamer sa
> liberté face * lui et affirmer: « Je suis fière de ce que j'ai accompli, c'est la mission
> de ma vie et personne ne m'arrêtera ».
>
> http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=24611

alt.idiots
18 oktober 2006, 01:25
Le débile de "dreads" <dreadsbxl@hotmail.com>, une espèce
d'ado attardé et acnéïque merdeux éructe ses diatribes g
aucho-gnangnans obscurantistes in
news:1161045940.541871.187120@i42g2000cwa.googlegr oups.com :


> La

(L'espèce de demeuré mental gaucho-gnangnan, con comme la lune,
commence par quotez comme une truie épileptique...)

> première femme musulmane * briser le mur du silence ?

Dites, espèce de nabot aux « théories » gaucho-gnangnan
d'adolescent attardé et acnéïque, c'est tout ce que vous
avez capté pour vous retenir aux branches ?

Et combien de femmes musulmanes * briser le mur du silence
dans votre crapuleux parti socialo-antiféministe et tout aussi
crapuleusement pro-musulmman au fait ? Et sa non-moins crapuleuse
et infecte crapule de Laurette Onkelinx, prête * tous les coups bas,
y compris * se traîner dans la fange avec les plus infectes des
crapules musulmanes, notament de l'extrême-doite turque, ..au fait ?

> Ca, c'est très précisment ce qu'on appelle un mensb.. [gnan]

[ snip éructations du débile gaucho-gnangnan tenant de l'obscurantisme
pour détourner l'attention de ses crapules de musulmans chéries en
déployant un écran de fumée ]

> Il y en a des dizaines d'autres qui l'ont précédée

Allez-y: citez m'en donc ne fut-ce qu'une dizaine, qu'on rigole !


> john wrote:
>> « Les musulmans doivent se demander ce qu'ils peuvent faire pour
>> l'humanité avant d'exiger que l'humanité les respecte ».
>> [...]

(Ce message devait se trouver *AVANT* le vôtre, espèce de
goret-quoteur débile merdeux et ignare de "dreads")

fu2 kivabien
--
(Never argue with an idiot. They drag you down to their level
then beat you with experience.)