PDA

View Full Version : Saviez-vous que... - 1319 - =?ISO-8859-1?Q?=22l=27=E9tat_moral?==?ISO-8859-1?Q?_et_politique_des_Roumains_est_pitoyable=22?=


D'Iberville
18 oktober 2006, 10:45
.... bien que sa tâche principale consista * maintenir la fièvre
patriotique au sein de l'Armée rouge, en arrêtant et exécutant les
déserteurs et autres "paniquards", le NKVD s'occupait également
d'interroger les prisonniers de guerre ennemis.

"Mais durant l'été 1942, ses membres avaient peu de travail compte tenu
du très faible nombre d'Allemands alors faits prisonniers (...) "La
plupart des soldats [écrivit le Lieutenant Lepinskaïa dans son rapport]
veulent se battre jusqu'au bout. Pas de cas de désertion ou
d'automutilation volontaire. Officiers stricts mais justes"

Elle eut plus de chance avec les prisonniers roumains. Un officier avoua
que ses hommes détestaient le maréchal Antonescu
(http://photos1.blogger.com/blogger/5471/452/1600/IonAntonescu.jpg) (1)
parce qu'il avait "vendu leur patrie * l'Allemagne". Des simples soldats
étaient encore plus prolixes. Ils parlèrent * l'interrogatrice
soviétique de "rixes avec les Allemands", affirmant même qu'un officier
allemand avait été tué après avoir abattu deux de leurs camarades. Ils
déclaraient aussi que leurs officiers les maltraitaient. Il y avait eu
de nombreux cas d'automutilation malgré les objurgations des officiers
affirmant qu'il s'agissait d'un "péché contre Dieu et la Patrie".

Le Lieutenant Lepinskaïa concluait que "l'état moral et politique" des
Roumains était pitoyable. Son rapport fut transmis en toute hâte *
Moscou" (2)

Grâce * ces révélations, souvent obtenues sous la torture, l'État-major
soviétique n'ignorait rien du sous-équipement et de la démotivation
chroniques des armées alliées de l'Allemagne.

Il saurait s'en souvenir le moment venu...

(1) chef de l'État-major général roumain puis Ministre de la Guerre, Ion
Victor Antonescu fut chef de l'État roumain de 1940 * 1944. Il fut
exécuté en juin 1946
(2) Beevor, page 129


--
Quotidiennement updatés, et avec photos, les "Saviez-vous que...",
sont enfin disponibles en ligne : http://diberville.blogspot.com/
"Davon geht die Welt nicht unter, sieht man sie manchmal auch grau".