PDA

View Full Version : =?windows-1252?Q?Il_est_beaucoup_moins_grave_pour_un?==?wind ows-1252?Q?_chien_d=92=EAtre_viol=E9_par_un_homme_qu?= =?windows-1252?Q?e_par_une_femme_?=


D'Iberville
9 november 2006, 12:55
"De 1997 Ă* 1999, le veilleur de nuit d’un refuge animal dans le Limbourg
a abusé sexuellement de dizaines de chiens abandonnés. Des films et des
photos ont été diffusés sur Internet.

Hier, la cour d’appel d’Anvers a acquitté Pascal R. jugé pour
maltraitance. Aux yeux de la justice, pratiquer le sexe oral et anal sur
un chien ne tombe pas sous le coup de la loi sur la protection des
animaux. Et Gaia, qui voulait se constituer partie civile, est déboutée.
L’asbl étudie la possibilité d’un pourvoi en cassation. Pour son
président Michel Vandenbosch, la preuve est faite que cette loi vieille
de vingt ans mérite d’urgence un reliftage complet. “Dans le Michigan,
dit-il, un violeur de chien encourt jusqu’Ă* 15 ans d’emprisonnement.”

Pour Gaia, les animaux seraient victimes, bien plus qu’on ne le croit,
d’abus sexuels en Belgique. Mais aucune loi ne les protège. Violer un
chien n’est pas une maltraitance et le rapport explicite d’un
vétérinaire, le Dr Lily Laenen, n’y change rien : pour l’expert
vétérinaire, pourtant, de tels actes sexuels occasionnent des troubles
du comportement, des lésions et risques d’infection du sexe et des
intestins chez le chien qui en est la victime.

La cour d’appel d’Anvers admet qu’on puisse qualifier de tels actes de
moralement répugnants, mais la morale n’est pas le droit. Au fond, la
justice a décidé hier que la zoophilie ne tombait pas sous le coup de la
loi de 1986 sur le bien-ĂŞtre animal.

Pascal R., 37 ans, n’était pas en manque d’arguments. Pour lui, il
serait beaucoup moins grave pour un chien d’être violé par un homme que
par une femme (sic). Il explique aussi, pour sa défense, qu’il ne
s’attaquait qu’Ă* des mâles. Ses prĂ©fĂ©rences allaient aux dalmatiens, aux
rottweilers et aux bergers allemands.

Des milliers de photos avaient été prises et diffusées sur l’Internet.
Pour ce dernier fait (outrage public, NdlR), Pascal voit sa peine de 3
mois et 2.500 € avec sursis en première instance ramenĂ©e Ă* 500 €, qui
iront aux victimes – humaines, pas animales – d’actes de violence".
http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=159831


--
Quotidiennement updatés, et avec photos, les "Saviez-vous que...",
sont enfin disponibles en ligne : http://diberville.blogspot.com/
"Davon geht die Welt nicht unter, sieht man sie manchmal auch grau".

eraK
9 november 2006, 12:55
"D'Iberville" <Diberville@gmail.com> wrote in message
news:4rgiuuFrb53qU1@mid.individual.net...

Ah !!!, l'amour

Faelan
9 november 2006, 13:55
"D'Iberville" <Diberville@gmail.com> a Ă©crit dans le message de news:
4rgiuuFrb53qU1@mid.individual.net...

> "De 1997 Ă* 1999, le veilleur de nuit d’un refuge animal dans le Limbourg a
> abusé sexuellement de dizaines de chiens abandonnés. Des films et des
> photos ont été diffusés sur Internet.
>
> Hier, la cour d’appel d’Anvers a acquitté Pascal R. jugé pour
> maltraitance. Aux yeux de la justice, pratiquer le sexe oral et anal sur
> un chien ne tombe pas sous le coup de la loi sur la protection des
> animaux. Et Gaia, qui voulait se constituer partie civile, est déboutée. L’asbl
> étudie la possibilité d’un pourvoi en cassation. Pour son président Michel
> Vandenbosch, la preuve est faite que cette loi vieille de vingt ans mérite
> d’urgence un reliftage complet. “Dans le Michigan, dit-il, un violeur de
> chien encourt jusqu’Ă* 15 ans d’emprisonnement.”
>
> Pour Gaia, les animaux seraient victimes, bien plus qu’on ne le croit, d’abus
> sexuels en Belgique. Mais aucune loi ne les protège. Violer un chien n’est
> pas une maltraitance et le rapport explicite d’un vétérinaire, le Dr Lily
> Laenen, n’y change rien : pour l’expert vétérinaire, pourtant, de tels
> actes sexuels occasionnent des troubles du comportement, des lésions et
> risques d’infection du sexe et des intestins chez le chien qui en est la
> victime.
>
> La cour d’appel d’Anvers admet qu’on puisse qualifier de tels actes de
> moralement répugnants, mais la morale n’est pas le droit. Au fond, la
> justice a décidé hier que la zoophilie ne tombait pas sous le coup de la
> loi de 1986 sur le bien-ĂŞtre animal.
>
> Pascal R., 37 ans, n’était pas en manque d’arguments. Pour lui, il serait
> beaucoup moins grave pour un chien d’être violé par un homme que par une
> femme (sic). Il explique aussi, pour sa dĂ©fense, qu’il ne s’attaquait qu’Ă*
> des mâles. Ses préférences allaient aux dalmatiens, aux rottweilers et aux
> bergers allemands.
>
> Des milliers de photos avaient été prises et diffusées sur l’Internet.
> Pour ce dernier fait (outrage public, NdlR), Pascal voit sa peine de 3
> mois et 2.500 € avec sursis en première instance ramenĂ©e Ă* 500 €, qui
> iront aux victimes – humaines, pas animales – d’actes de violence".
> http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=159831

On aurait au moins pu décréter une interdiction pour lui de travailler dans
des entrerpises comme Canigou-Ronron ou dans un refuge pour chiens....

--

F.

Capucine
9 november 2006, 15:05
"D'Iberville" <Diberville@gmail.com> a Ă©crit dans le message de
news:4rgiuuFrb53qU1@mid.individual.net...
> "De 1997 Ă* 1999, le veilleur de nuit d’un refuge animal dans le Limbourg
> a abusé sexuellement de dizaines de chiens abandonnés. Des films et des
> photos ont été diffusés sur Internet.
>
> Hier, la cour d’appel d’Anvers a acquitté Pascal R. jugé pour
> maltraitance. Aux yeux de la justice, pratiquer le sexe oral et anal sur
> un chien ne tombe pas sous le coup de la loi sur la protection des
> animaux. Et Gaia, qui voulait se constituer partie civile, est déboutée.
> L’asbl étudie la possibilité d’un pourvoi en cassation. Pour son
> président Michel Vandenbosch, la preuve est faite que cette loi vieille
> de vingt ans mérite d’urgence un reliftage complet. “Dans le Michigan,
> dit-il, un violeur de chien encourt jusqu’Ă* 15 ans d’emprisonnement.”
>
> Pour Gaia, les animaux seraient victimes, bien plus qu’on ne le croit,
> d’abus sexuels en Belgique. Mais aucune loi ne les protège. Violer un
> chien n’est pas une maltraitance et le rapport explicite d’un
> vétérinaire, le Dr Lily Laenen, n’y change rien : pour l’expert
> vétérinaire, pourtant, de tels actes sexuels occasionnent des troubles
> du comportement, des lésions et risques d’infection du sexe et des
> intestins chez le chien qui en est la victime.
>
> La cour d’appel d’Anvers admet qu’on puisse qualifier de tels actes de
> moralement répugnants, mais la morale n’est pas le droit. Au fond, la
> justice a décidé hier que la zoophilie ne tombait pas sous le coup de la
> loi de 1986 sur le bien-ĂŞtre animal.
>
> Pascal R., 37 ans, n’était pas en manque d’arguments. Pour lui, il
> serait beaucoup moins grave pour un chien d’être violé par un homme que
> par une femme (sic). Il explique aussi, pour sa défense, qu’il ne
> s’attaquait qu’Ă* des mâles. Ses prĂ©fĂ©rences allaient aux dalmatiens, aux
> rottweilers et aux bergers allemands.
>
> Des milliers de photos avaient été prises et diffusées sur l’Internet.
> Pour ce dernier fait (outrage public, NdlR), Pascal voit sa peine de 3
> mois et 2.500 € avec sursis en première instance ramenĂ©e Ă* 500 €, qui
> iront aux victimes – humaines, pas animales – d’actes de violence".
> http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=159831

La "justice" considére qu'une femme violée qui n'est pas assassinée est
coupable de son viol, alors un chien vous pensez ...

D'Iberville
10 november 2006, 00:25
Capucine a Ă©crit :
> "D'Iberville" <Diberville@gmail.com> a Ă©crit dans le message de
> news:4rgiuuFrb53qU1@mid.individual.net...
>> "De 1997 Ă* 1999, le veilleur de nuit d’un refuge animal dans le Limbourg
>> a abusé sexuellement de dizaines de chiens abandonnés. Des films et des
>> photos ont été diffusés sur Internet.
>>
>> Hier, la cour d’appel d’Anvers a acquitté Pascal R. jugé pour
>> maltraitance. Aux yeux de la justice, pratiquer le sexe oral et anal sur
>> un chien ne tombe pas sous le coup de la loi sur la protection des
>> animaux. Et Gaia, qui voulait se constituer partie civile, est déboutée.
>> L’asbl étudie la possibilité d’un pourvoi en cassation. Pour son
>> président Michel Vandenbosch, la preuve est faite que cette loi vieille
>> de vingt ans mérite d’urgence un reliftage complet. “Dans le Michigan,
>> dit-il, un violeur de chien encourt jusqu’Ă* 15 ans d’emprisonnement.”
>>
>> Pour Gaia, les animaux seraient victimes, bien plus qu’on ne le croit,
>> d’abus sexuels en Belgique. Mais aucune loi ne les protège. Violer un
>> chien n’est pas une maltraitance et le rapport explicite d’un
>> vétérinaire, le Dr Lily Laenen, n’y change rien : pour l’expert
>> vétérinaire, pourtant, de tels actes sexuels occasionnent des troubles
>> du comportement, des lésions et risques d’infection du sexe et des
>> intestins chez le chien qui en est la victime.
>>
>> La cour d’appel d’Anvers admet qu’on puisse qualifier de tels actes de
>> moralement répugnants, mais la morale n’est pas le droit. Au fond, la
>> justice a décidé hier que la zoophilie ne tombait pas sous le coup de la
>> loi de 1986 sur le bien-ĂŞtre animal.
>>
>> Pascal R., 37 ans, n’était pas en manque d’arguments. Pour lui, il
>> serait beaucoup moins grave pour un chien d’être violé par un homme que
>> par une femme (sic). Il explique aussi, pour sa défense, qu’il ne
>> s’attaquait qu’Ă* des mâles. Ses prĂ©fĂ©rences allaient aux dalmatiens, aux
>> rottweilers et aux bergers allemands.
>>
>> Des milliers de photos avaient été prises et diffusées sur l’Internet.
>> Pour ce dernier fait (outrage public, NdlR), Pascal voit sa peine de 3
>> mois et 2.500 € avec sursis en première instance ramenĂ©e Ă* 500 €, qui
>> iront aux victimes – humaines, pas animales – d’actes de violence".
>> http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=159831
>
> La "justice" considére qu'une femme violée qui n'est pas assassinée est
> coupable de son viol

Si vous le dites...


--
Quotidiennement updatés, et avec photos, les "Saviez-vous que...",
sont enfin disponibles en ligne : http://diberville.blogspot.com/
"Davon geht die Welt nicht unter, sieht man sie manchmal auch grau".

Selene
10 november 2006, 11:25
"D'Iberville" <Diberville@gmail.com> a Ă©crit dans le message de news:
4rhr6sFrd4cgU1@mid.individual.net...
> Capucine a Ă©crit :
>> "D'Iberville" <Diberville@gmail.com> a Ă©crit dans le message de
>> news:4rgiuuFrb53qU1@mid.individual.net...
>>> "De 1997 Ă* 1999, le veilleur de nuit d’un refuge animal dans le Limbourg
>>> a abusé sexuellement de dizaines de chiens abandonnés. Des films et des
>>> photos ont été diffusés sur Internet.
>>>
>>> Hier, la cour d’appel d’Anvers a acquitté Pascal R. jugé pour
>>> maltraitance. Aux yeux de la justice, pratiquer le sexe oral et anal sur
>>> un chien ne tombe pas sous le coup de la loi sur la protection des
>>> animaux. Et Gaia, qui voulait se constituer partie civile, est déboutée.
>>> L’asbl étudie la possibilité d’un pourvoi en cassation. Pour son
>>> président Michel Vandenbosch, la preuve est faite que cette loi vieille
>>> de vingt ans mérite d’urgence un reliftage complet. “Dans le Michigan,
>>> dit-il, un violeur de chien encourt jusqu’Ă* 15 ans d’emprisonnement.”
>>>
>>> Pour Gaia, les animaux seraient victimes, bien plus qu’on ne le croit,
>>> d’abus sexuels en Belgique. Mais aucune loi ne les protège. Violer un
>>> chien n’est pas une maltraitance et le rapport explicite d’un
>>> vétérinaire, le Dr Lily Laenen, n’y change rien : pour l’expert
>>> vétérinaire, pourtant, de tels actes sexuels occasionnent des troubles
>>> du comportement, des lésions et risques d’infection du sexe et des
>>> intestins chez le chien qui en est la victime.
>>>
>>> La cour d’appel d’Anvers admet qu’on puisse qualifier de tels actes de
>>> moralement répugnants, mais la morale n’est pas le droit. Au fond, la
>>> justice a décidé hier que la zoophilie ne tombait pas sous le coup de la
>>> loi de 1986 sur le bien-ĂŞtre animal.
>>>
>>> Pascal R., 37 ans, n’était pas en manque d’arguments. Pour lui, il
>>> serait beaucoup moins grave pour un chien d’être violé par un homme que
>>> par une femme (sic). Il explique aussi, pour sa défense, qu’il ne
>>> s’attaquait qu’Ă* des mâles. Ses prĂ©fĂ©rences allaient aux dalmatiens, aux
>>> rottweilers et aux bergers allemands.
>>>
>>> Des milliers de photos avaient été prises et diffusées sur l’Internet.
>>> Pour ce dernier fait (outrage public, NdlR), Pascal voit sa peine de 3
>>> mois et 2.500 € avec sursis en première instance ramenĂ©e Ă* 500 €, qui
>>> iront aux victimes – humaines, pas animales – d’actes de violence".
>>> http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=159831
>>

C'est vraiment dégueu comme histoire.......il y a vraiment des félés de chez
félés

Séléné

GabiGab
10 november 2006, 11:55
Selene a Ă©crit :
> "D'Iberville" <Diberville@gmail.com> a Ă©crit dans le message de news:
> 4rhr6sFrd4cgU1@mid.individual.net...
>> Capucine a Ă©crit :
>>> "D'Iberville" <Diberville@gmail.com> a Ă©crit dans le message de
>>> news:4rgiuuFrb53qU1@mid.individual.net...
>>>> "De 1997 Ă* 1999, le veilleur de nuit d'un refuge animal dans le Limbourg
>>>> a abusé sexuellement de dizaines de chiens abandonnés. Des films et des
>>>> photos ont été diffusés sur Internet.
>>>>
>>>> Hier, la cour d'appel d'Anvers a acquitté Pascal R. jugé pour
>>>> maltraitance. Aux yeux de la justice, pratiquer le sexe oral et anal sur
>>>> un chien ne tombe pas sous le coup de la loi sur la protection des
>>>> animaux. Et Gaia, qui voulait se constituer partie civile, est déboutée.
>>>> L'asbl étudie la possibilité d'un pourvoi en cassation. Pour son
>>>> président Michel Vandenbosch, la preuve est faite que cette loi vieille
>>>> de vingt ans mérite d'urgence un reliftage complet. "Dans le Michigan,
>>>> dit-il, un violeur de chien encourt jusqu'Ă* 15 ans d'emprisonnement."
>>>>
>>>> Pour Gaia, les animaux seraient victimes, bien plus qu'on ne le croit,
>>>> d'abus sexuels en Belgique. Mais aucune loi ne les protège. Violer un
>>>> chien n'est pas une maltraitance et le rapport explicite d'un
>>>> vétérinaire, le Dr Lily Laenen, n'y change rien : pour l'expert
>>>> vétérinaire, pourtant, de tels actes sexuels occasionnent des troubles
>>>> du comportement, des lésions et risques d'infection du sexe et des
>>>> intestins chez le chien qui en est la victime.
>>>>
>>>> La cour d'appel d'Anvers admet qu'on puisse qualifier de tels actes de
>>>> moralement répugnants, mais la morale n'est pas le droit. Au fond, la
>>>> justice a décidé hier que la zoophilie ne tombait pas sous le coup de la
>>>> loi de 1986 sur le bien-ĂŞtre animal.
>>>>
>>>> Pascal R., 37 ans, n'Ă©tait pas en manque d'arguments. Pour lui, il
>>>> serait beaucoup moins grave pour un chien d'être violé par un homme que
>>>> par une femme (sic). Il explique aussi, pour sa défense, qu'il ne
>>>> s'attaquait qu'Ă* des mâles. Ses prĂ©fĂ©rences allaient aux dalmatiens, aux
>>>> rottweilers et aux bergers allemands.
>>>>
>>>> Des milliers de photos avaient été prises et diffusées sur l'Internet.
>>>> Pour ce dernier fait (outrage public, NdlR), Pascal voit sa peine de 3
>>>> mois et 2.500 ¤ avec sursis en première instance ramenĂ©e Ă* 500 ¤, qui
>>>> iront aux victimes -- humaines, pas animales -- d'actes de violence".
>>>> http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=159831
>
> C'est vraiment dégueu comme histoire.......il y a vraiment des félés de chez
> félés
>
> Séléné
>
>
>
>
>
>
>
Belgiique le paaayee des dutroux

--
Seul les Faucons volent
Les vrais restent au sol
PS : Changez votre liberté contre votre sécurité et vous perdrez les
deux. (Benjamin Franklin)

Fustigator
10 november 2006, 23:56
Vitae forma vocatur "Capucine" <ww@nordnet.fr>, die Thu, 9 Nov 2006
15:05:27 +0100, in littera <4553348a$0$27366$ba4acef3@news.orange.fr>
in foro soc.culture.belgium(et aliis) vere scripsit quod sequitur:

>
>"D'Iberville" <Diberville@gmail.com> a Ă©crit dans le message de
>news:4rgiuuFrb53qU1@mid.individual.net...
>> "De 1997 Ă* 1999, le veilleur de nuit d’un refuge animal dans le Limbourg
>> a abusé sexuellement de dizaines de chiens abandonnés. Des films et des
>> photos ont été diffusés sur Internet.
[.....]

>> http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=159831
>
>La "justice" considére qu'une femme violée qui n'est pas assassinée est
>coupable de son viol, alors un chien vous pensez ...
>
N'importe quoi.
--
Fusti

Hermes
11 november 2006, 07:55
Ce jour d'automne Thu, 9 Nov 2006 13:54:33 +0100, "Faelan"
<me@privacy.net> tu Ă©cris dans ce forum de discussion:

>"D'Iberville" <Diberville@gmail.com> a Ă©crit dans le message de news:
>4rgiuuFrb53qU1@mid.individual.net...
>
>> "De 1997 Ă* 1999, le veilleur de nuit d’un refuge animal dans le Limbourg a
>> abusé sexuellement de dizaines de chiens abandonnés. Des films et des
>> photos ont été diffusés sur Internet.
>>
>> Hier, la cour d’appel d’Anvers a acquitté Pascal R. jugé pour
>> maltraitance. Aux yeux de la justice, pratiquer le sexe oral et anal sur
>> un chien ne tombe pas sous le coup de la loi sur la protection des
>> animaux. Et Gaia, qui voulait se constituer partie civile, est déboutée. L’asbl
>> étudie la possibilité d’un pourvoi en cassation. Pour son président Michel
>> Vandenbosch, la preuve est faite que cette loi vieille de vingt ans mérite
>> d’urgence un reliftage complet. “Dans le Michigan, dit-il, un violeur de
>> chien encourt jusqu’Ă* 15 ans d’emprisonnement.”
>>
>> Pour Gaia, les animaux seraient victimes, bien plus qu’on ne le croit, d’abus
>> sexuels en Belgique. Mais aucune loi ne les protège. Violer un chien n’est
>> pas une maltraitance et le rapport explicite d’un vétérinaire, le Dr Lily
>> Laenen, n’y change rien : pour l’expert vétérinaire, pourtant, de tels
>> actes sexuels occasionnent des troubles du comportement, des lésions et
>> risques d’infection du sexe et des intestins chez le chien qui en est la
>> victime.
>>
>> La cour d’appel d’Anvers admet qu’on puisse qualifier de tels actes de
>> moralement répugnants, mais la morale n’est pas le droit. Au fond, la
>> justice a décidé hier que la zoophilie ne tombait pas sous le coup de la
>> loi de 1986 sur le bien-ĂŞtre animal.
>>
>> Pascal R., 37 ans, n’était pas en manque d’arguments. Pour lui, il serait
>> beaucoup moins grave pour un chien d’être violé par un homme que par une
>> femme (sic). Il explique aussi, pour sa dĂ©fense, qu’il ne s’attaquait qu’Ă*
>> des mâles. Ses préférences allaient aux dalmatiens, aux rottweilers et aux
>> bergers allemands.
>>
>> Des milliers de photos avaient été prises et diffusées sur l’Internet.
>> Pour ce dernier fait (outrage public, NdlR), Pascal voit sa peine de 3
>> mois et 2.500 € avec sursis en première instance ramenĂ©e Ă* 500 €, qui
>> iront aux victimes – humaines, pas animales – d’actes de violence".
>> http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=159831
>
>On aurait au moins pu décréter une interdiction pour lui de travailler dans
>des entrerpises comme Canigou-Ronron ou dans un refuge pour chiens....

Plutôt des travaux d'intérêts généraux dans ces entreprises pour
animaux.

--
Hermes
__

Thibaud
11 november 2006, 17:25
Hermes a Ă©crit:
> Ce jour d'automne Thu, 9 Nov 2006 13:54:33 +0100, "Faelan"
> <me@privacy.net> tu Ă©cris dans ce forum de discussion:
>
>
>>"D'Iberville" <Diberville@gmail.com> a Ă©crit dans le message de news:
>>4rgiuuFrb53qU1@mid.individual.net...
>>
>>
>>>"De 1997 Ă* 1999, le veilleur de nuit d’un refuge animal dans le Limbourg a
>>>abusé sexuellement de dizaines de chiens abandonnés. Des films et des
>>>photos ont été diffusés sur Internet.
>>>
>>>Hier, la cour d’appel d’Anvers a acquitté Pascal R. jugé pour
>>>maltraitance. Aux yeux de la justice, pratiquer le sexe oral et anal sur
>>>un chien ne tombe pas sous le coup de la loi sur la protection des
>>>animaux. Et Gaia, qui voulait se constituer partie civile, est déboutée. L’asbl
>>>étudie la possibilité d’un pourvoi en cassation. Pour son président Michel
>>>Vandenbosch, la preuve est faite que cette loi vieille de vingt ans mérite
>>>d’urgence un reliftage complet. “Dans le Michigan, dit-il, un violeur de
>>>chien encourt jusqu’Ă* 15 ans d’emprisonnement.”
>>>
>>>Pour Gaia, les animaux seraient victimes, bien plus qu’on ne le croit, d’abus
>>>sexuels en Belgique. Mais aucune loi ne les protège. Violer un chien n’est
>>>pas une maltraitance et le rapport explicite d’un vétérinaire, le Dr Lily
>>>Laenen, n’y change rien : pour l’expert vétérinaire, pourtant, de tels
>>>actes sexuels occasionnent des troubles du comportement, des lésions et
>>>risques d’infection du sexe et des intestins chez le chien qui en est la
>>>victime.
>>>
>>>La cour d’appel d’Anvers admet qu’on puisse qualifier de tels actes de
>>>moralement répugnants, mais la morale n’est pas le droit. Au fond, la
>>>justice a décidé hier que la zoophilie ne tombait pas sous le coup de la
>>>loi de 1986 sur le bien-ĂŞtre animal.
>>>
>>>Pascal R., 37 ans, n’était pas en manque d’arguments. Pour lui, il serait
>>>beaucoup moins grave pour un chien d’être violé par un homme que par une
>>>femme (sic). Il explique aussi, pour sa dĂ©fense, qu’il ne s’attaquait qu’Ă*
>>>des mâles. Ses préférences allaient aux dalmatiens, aux rottweilers et aux
>>>bergers allemands.
>>>
>>>Des milliers de photos avaient été prises et diffusées sur l’Internet.
>>>Pour ce dernier fait (outrage public, NdlR), Pascal voit sa peine de 3
>>>mois et 2.500 € avec sursis en première instance ramenĂ©e Ă* 500 €, qui
>>>iront aux victimes – humaines, pas animales – d’actes de violence".
>>>http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=159831
>>
>>On aurait au moins pu décréter une interdiction pour lui de travailler dans
>>des entrerpises comme Canigou-Ronron ou dans un refuge pour chiens....
>
>
> Plutôt des travaux d'intérêts généraux dans ces entreprises pour
> animaux.
>

Je ne comprends pas ta logique.

Tu condamnerais un pĂ©do Ă* balayer dans une garderie?



--
Thibaud

Hermes
11 november 2006, 22:55
Ce jour d'automne Sat, 11 Nov 2006 11:18:28 -0500, Thibaud
<thibaud_salle@hotmail.com> tu Ă©cris dans ce forum de discussion:

>Hermes a Ă©crit:
>> Ce jour d'automne Thu, 9 Nov 2006 13:54:33 +0100, "Faelan"
>> <me@privacy.net> tu Ă©cris dans ce forum de discussion:
>>
>>
>>>"D'Iberville" <Diberville@gmail.com> a Ă©crit dans le message de news:
>>>4rgiuuFrb53qU1@mid.individual.net...
>>>
>>>
>>>>"De 1997 Ă* 1999, le veilleur de nuit d’un refuge animal dans le Limbourg a
>>>>abusé sexuellement de dizaines de chiens abandonnés. Des films et des
>>>>photos ont été diffusés sur Internet.
>>>>
>>>>Hier, la cour d’appel d’Anvers a acquitté Pascal R. jugé pour
>>>>maltraitance. Aux yeux de la justice, pratiquer le sexe oral et anal sur
>>>>un chien ne tombe pas sous le coup de la loi sur la protection des
>>>>animaux. Et Gaia, qui voulait se constituer partie civile, est déboutée. L’asbl
>>>>étudie la possibilité d’un pourvoi en cassation. Pour son président Michel
>>>>Vandenbosch, la preuve est faite que cette loi vieille de vingt ans mérite
>>>>d’urgence un reliftage complet. “Dans le Michigan, dit-il, un violeur de
>>>>chien encourt jusqu’Ă* 15 ans d’emprisonnement.”
>>>>
>>>>Pour Gaia, les animaux seraient victimes, bien plus qu’on ne le croit, d’abus
>>>>sexuels en Belgique. Mais aucune loi ne les protège. Violer un chien n’est
>>>>pas une maltraitance et le rapport explicite d’un vétérinaire, le Dr Lily
>>>>Laenen, n’y change rien : pour l’expert vétérinaire, pourtant, de tels
>>>>actes sexuels occasionnent des troubles du comportement, des lésions et
>>>>risques d’infection du sexe et des intestins chez le chien qui en est la
>>>>victime.
>>>>
>>>>La cour d’appel d’Anvers admet qu’on puisse qualifier de tels actes de
>>>>moralement répugnants, mais la morale n’est pas le droit. Au fond, la
>>>>justice a décidé hier que la zoophilie ne tombait pas sous le coup de la
>>>>loi de 1986 sur le bien-ĂŞtre animal.
>>>>
>>>>Pascal R., 37 ans, n’était pas en manque d’arguments. Pour lui, il serait
>>>>beaucoup moins grave pour un chien d’être violé par un homme que par une
>>>>femme (sic). Il explique aussi, pour sa dĂ©fense, qu’il ne s’attaquait qu’Ă*
>>>>des mâles. Ses préférences allaient aux dalmatiens, aux rottweilers et aux
>>>>bergers allemands.
>>>>
>>>>Des milliers de photos avaient été prises et diffusées sur l’Internet.
>>>>Pour ce dernier fait (outrage public, NdlR), Pascal voit sa peine de 3
>>>>mois et 2.500 € avec sursis en première instance ramenĂ©e Ă* 500 €, qui
>>>>iront aux victimes – humaines, pas animales – d’actes de violence".
>>>>http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=159831
>>>
>>>On aurait au moins pu décréter une interdiction pour lui de travailler dans
>>>des entrerpises comme Canigou-Ronron ou dans un refuge pour chiens....
>>
>>
>> Plutôt des travaux d'intérêts généraux dans ces entreprises pour
>> animaux.
>>
>
>Je ne comprends pas ta logique.
>
>Tu condamnerais un pĂ©do Ă* balayer dans une garderie?

Je constate que tu ne sais pas lire convenablement.

--
Hermes
__