PDA

View Full Version : =?Windows-1252?Q?FRANCE_:_La_provocation_=28UMP/PS_et_Cie...=29_pour_fair?=


wen.kroy
9 april 2007, 15:34
Pour information aux citoyens français (et autres), il en va de la démocratie :
-E-mail : schivardi2007@wanadoo.fr -
-Site : www.schivardi2007.com :
************************************************** **************************************
MÉMORANDUM :
Le meeting parisien du 1er avril au Palais des Sports archi comble
et boycotté par les médias (dont l'AFP).
Concernant les faits, dates et raisons politiques ayant amené *
la présentation de la candidature de Gérard Schivardi * l’élection
présidentielle de 2007 et sur les procédures visant * la remettre
en cause...
Fait le 2 avril 2007 :

¦ Le 27 et 28 mai 2006 : 706 délégués
(de nombreux maires) se réunissent en convention nationale.
Ils décident entre autres d’appeler * une manifestation nationale le
18 novembre 2006 * Paris. Les maires décident d’une délégation
auprès du ministère de l’Intérieur.

¦ Le 6 octobre 2006 : une délégation représentative de plusieurs centaines
de maires est reçue par un représentant du Ministre de l’intérieur. Cette
délégation est mandatée par plusieurs centaines de maires en particulier
sur un appel « organisons-nous pour résister, défendre et reconquérir
la laïcité » contresigné par 167 maires.

¦ Le 7 octobre 2006 : la délégation rend compte auprès de 500 maires
avec qui le comité est en contact de la rencontre avec le Ministère de
l’Intérieur et confirme l’appel * la manifestation nationale le 18
novembre.

¦ Le 18 novembre 2006 : dix mille personnes assistent au meeting dans
lequel Gérard Schivardi (entre autres orateurs) prend la parole Place
de la Nation, et suit une manifestation en tête de laquelle participent de
nombreux maires. A l’issue de cette manifestation, 40 maires se
réunissent avec d’autres élus et le secrétaire national du Parti des
travailleurs Daniel Gluckstein : ils désignent Gérard Schivardi comme
candidat des maires * la présidentielle. Daniel Gluckstein apporte le
soutien du Parti des travailleurs * ce candidat. Une conférence de
presse est organisée pour présenter Gérard Schivardi, candidat
des maires * la présidentielle, soutenu par le Parti des travailleurs.
(L’enregistrement intégral de cette conférence de presse
sera mis quelques jours plus tard sur le site du candidat)

¦ Le 20 novembre 2006 : le site www.schivardi2007.com
présentant Schivardi «candidat des maires » est ouvert.
Il recevra plusieurs dizaines de milliers de visites...

¦ Le 21 novembre 2006 : 4 maires (en écharpe) distribuent *
l’entrée du Congrès de l’AMF (l’Association des maires de
France) Porte de Versailles, 11 000 exemplaires de la lettre
de Gérard Schivardi « candidat des maires * l’élection prési-
dentielle ». Gérard Schivardi est interviewé par une chaîne
de TV qui rend compte au journal de 13 heures de sa
candidature.

¦ Du 21 novembre 2006 au 16 mars 2007(date de clôture de la
collecte des parrainages) s'est écoulé 4 mois :

Ce document présentant Gérard Schivardi « candidat des maires »
soutenu par le Parti des travailleurs sera ensuite porté par les militants
du comité de soutien de Gérard Schivardi * 11 000 maires dans le
pays. C’est sur cette base que la discussion s’engage avec ces maires
pour qu’ils parrainent la candidature de Gérard Schivardi. 3200 procès-
verbaux de discussion (disponibles sur demande) sont établis par les
militants.

Le journal "Informations ouvrières" du Parti des travailleurs publiera
pendant près de 5 mois des extraits de plus de 200 de ces procès-verbaux (collection disponible). Ce document sera
distribué * l’entrée de toutes les Assemblées générales départementales organisées par l’AMF.
L’appel de Gérard Schivardi aux maires sera, au fur et * mesure,
enrichi de ses communiqués de presse au nombre de 37 * ce jour.
Outre ses 37 communiqués de presse, Gérard Schivardi tiendra
3 conférences de presse comme candidat des maires : les
18 novembre, 15 janvier et 10 mars.
Le décryptage de ces conférences de presse ainsi que
l’enregistrement vidéo sont distribués * plus de 700 maires et
mis en ligne sur le site de campagne.
Une vidéo, présentant le dialogue entre Gérard Schivardi, candidat
des maires, et un maire de l’Aude, est réalisée, mise en ligne et
présentée * plus de 650 maires par les militants du comité de
soutien.
Gérard Schivardi, « candidat des maires», rend compte auprès des
maires qui le parrainent de sa campagne * travers une lettre
hebdomadaire qu’il adresse aux maires qui le parrainent et * ceux qui
le soutiennent. Huit lettres leur seront ainsi adressées.

¦ Le 10 mars 2007 : Gérard Schivardi tient une conférence de presse
* Mailhac devant 300 personnes, il annonce qu’il a déposé plus de
500 signatures le jeudi 8 mars au Conseil constitutionnel.
(Enregistrement vidéo disponible.) Une banderole dont la photo fera
le tour des rédactions annonce : « Gérard Schivardi,candidat des maires,
soutenu par le Parti des travailleurs pour (….) »

¦ Le 16 mars 2007 : Monsieur Masson, au nom de l’AMF, appelle
Gérard Schivardi, s’excusant de l’avoir oublié comme candidat et
l’invitant * répondre avant le dimanche 18 mars au questionnaire de
l’AMF. Gérard Schivardi répond au questionnaire de l’AMF le 17 mars.
Le 18 mars, Monsieur Masson confirme téléphoniquement * Jean-Claude
Denis, mandataire de Gérard Schivardi, la bonne réception des réponses
au questionnaire.

¦ Jeudi 15 mars 2007 : Jean-Claude Denis, mandataire de Gérard Schivardi,
et Gérard Iltis de la commission de campagne prennent contact avec M. Alain
Fichelle de la Commission de contrôle.

¦ Dimanche 18 mars 2007 : une rencontre nationale de maires rédige
la profession de foi de Gérard Schivardi.

¦ Lundi 19 mars 2007 : le texte de cette profession de foi est remis
* la commission nationale de contrôle * l’attention de Monsieur Michaut,
conseiller référendaire * la Cour des comptes, désigné par la dite
commission comme rapporteur du matériel électoral de Gérard
Schivardi.

¦ Mardi 20 mars 2007 : Gérard Schivardi remet * Monsieur Michaut,
rapporteur * la Cour des comptes et représentant du Conseil constitutionnel,
un exemplaire de sa profession de foi.

¦ Mercredi 21 mars 2007 : communiqué de Messieurs Pélissard et Laignel (président et secrétaire général de l’AMF)
demandant * Gérard Schivardi
de « supprimer toute référence * l’expression candidat des maires ».

— 22h15 : Gérard Schivardi publie un communiqué n°29 et convoque une
conférence de presse pour le vendredi 23mars.

— 22h 58 : Une dépêche de l’AFP indique que MM. Pélissard et Laignel
« demandent * Gérard Schivardi de supprimer toute référence *
l’expression candidat des maires dans ses documents électoraux ».

¦ Jeudi 22 mars, 10 heures : Jean-Claude Denis, mandataire de Gérard
Schivardi auprès du Conseil constitutionnel, reçoit de Monsieur Michaut,
conseiller référendaire, un mail attestant de la bonne réception de la
profession de foi qui paraît au rapporteur « ne méconnaître aucun
principe constitutionnel ». En ce qui concerne la polémique ouverte par
les deux dirigeants de l’AMF, le conseiller référendaire explique : « En
premier lieu, le contenu de ce document n’appelle de ma part aucune
observation. Le texte que vous avez soumis * la commission ne me paraît méconnaître aucun principe constitutionnel ni
tomber sous le coup des
dispositions relatives * la diffamation. Une interrogation est apparue, * la
suite d’un communiqué de l’association des maires de France (AMF),
sur la possibilité, pour M. Schivardi, de faire usage de la mention
“candidat des maires soutenu par le Parti des travailleurs”. Le soutien
du PT étant ici hors de cause, c’est la qualité de “candidat des maires”
qui est contestée par l’AMF. Sous réserve de l’appréciation de la
commission et, le cas échéant, des juridictions compétentes, il me
semble que la notion de “candidat des maires” ne saurait être
répudiée au seul motif que l’AMF n’a donné son aval * aucun candidat.
Cette association, sauf information contraire, ne dispose pas d’un
monopole en matière de représentation des maires et ne devrait pas
en conséquence être en mesure d’empêcher un candidat, qui est au
demeurant lui-même maire et qui aurait reçu l’appui de 300 maires,
dont un certain nombre figureraient dans son comité de soutien,
de se prévaloir de cette appellation. »

—14h15 : Communiqué n°30 de Gérard Schivardi rapportant les
propos de Daniel Gluckstein sur France info * 10h30, le matin
« Le moment de la polémique est étonnant. Gérard Schivardi a
annoncé depuis le 18 novembre qu’il était le candidat des maires
soutenu par le Parti des travailleurs (…). Gérard Schivardi n’a
jamais prétendu parler au nom de l’Association des maires de
France. » Et le communiqué d’inviter les dirigeants de l’AMF *
prendre la parole au meeting du 1er avril qu’organise le comité
de campagne de Gérard Schivardi.

— 16 heures : Conférence de presse dans laquelle Daniel Gluckstein,
directeur de campagne de Gérard Schivardi, explique : « Gérard
Schivardi n’a jamais prétendu parler au nom de l’Association des Maires
de France. Je vous signale d’ailleurs que l’Association des Maires de
France est une association de droit privé !
Ce n’est pas “l’Ordre” des Maires de France. En France, on peut
être maire et ne pas être affilié * l’AMF et de nombreux maires ne sont
pas affiliés * l’AMF.

D’ailleurs, cette association qui s’appelle Association des maires de
France d’une certaine manière s’arroge un titre qui n’est pas tout * fait
conforme * la réalité : Elle est l’Association d’un certain nombre
de maires de France, comme Gérard Schivardi est le candidat d’un certain
nombre de maires en France.
Personne ne s’y trompe, personne ne fera de procès * M. Bayrou sous
prétexte que, candidat de l’Union pour la démocratie française, il se
serait arrogé le monopole de la démocratie et je crois que ce genre de
procès d’intention pose d’autres problèmes. Un journaliste qui
m’interrogeait hier remarquait tout * fait judicieusement que l’Association
des maires de France, par la voix de MM. Pelissart et Laignel, a
mis beaucoup de temps * se réveiller.
C’est depuis le 18 novembre que Gérard Schivardi adresse tous ses communiqués * la presse comme candidat des maires. Il
a adressé 29 communiqués avant que MM. Pélissart et Laignel s’en rendent compte.
Lors du Congrès des maires de France, organisé par l’AMF, Gérard
Schivardi en personne, ceint de son écharpe tricolore, avec d’autres
collègues maires, a diffusé * 11 000 exemplaires une déclaration où
il était indiqué en toutes lettres : “Mes collègues m’ont sollicité pour être
le candidat des maires * l’élection présidentielle.”
Mais en réalité, il y a d’autres raisons * cette intervention de l’AMF :
Nous tenons * votre disposition, pour ceux d’entre vous que cela intéresse,
un document qui porte l’en-tête de l’AMF et qui présente l’intérêt suivant :
l’AMF a adressé * tous les candidats * l’élection présidentielle,
le 16 février, un questionnaire. Il se trouve que pour des raisons sur
lesquelles je n’ai pas d’information particulière, Gérard Schivardi avait
été oublié de la liste. Par conséquent, ce questionnaire lui a été adressé
le 10 mars avec un courrier dans lequel, lui était adressé, je cite “les
excuses de l’AMF”. Donc le 10 mars, Gérard Schivardi, ici présent,
candidat des maires depuis 4 mois, est quelqu’un de suffisamment
respectable et honorable aux yeux de l’AMF pour qu’on lui envoie un
questionnaire, qu’on lui demande de bien vouloir "répondre avec
urgence" et d’ailleurs le 17 mars, * la demande de l’AMF, Gérard
Schivardi a envoyé ses réponses.
Et de manière tout * fait étonnante, mais sans doute est-ce une simple
coïncidence de calendrier, la réponse de Gérard Schivardi ayant été
adressée le 17 mars * l’AMF, c’est deux jours plus tard que les deux
principaux responsables de l’AMF découvrent le scandale des
scandales : Gérard Schivardi est “candidat des maires”. »

¦ Vendredi 23 mars 2007 : Jean-Claude Denis, mandataire de Gérard
Schivardi, et Jean-Paul Gady qui préside l’association de financement
de sa campagne électorale demandent * rencontrer les dirigeants de
l’AMF.

Reçus par le préfet Desforges, directeur de l’AMF, assisté d’un
représentant de M. Laignel et d’un secrétaire, les représentants de
Gérard Schivardi rappellent les bonnes relation avec l’AMF ; la
rencontre deux ans auparavant avec le bureau de l’AMF.

Ils expriment leur étonnement devant les exigences soudaines de
l’AMF apparues 5 jours avant, alors que Gérard Schivardi a
informé tout le Congrès de l’AMF de la forme de sa candidature
sans que ça ne pose de problème pendant près de 4 mois.

Les représentants de Gérard Schivardi réaffirment qu’il ne cesse
de rappeler qu’il ne parle pas au nom des 36000 maires ni au nom
de l’AMF et que l’appellation « candidat des maires » recoupe
le fait que 40 maires présents l’ont désigné le 18 novembre, que
153 maires se sont inscrits dans son comité de soutien, que
554 maires l’ont parrainé en toute connaissance de cause ;
qu’ils ne comprennent pas les exigences des deux dirigeants
de l’AMF, formulées si tardivement et s’inquiètent de la remise
en cause de la profession de foi et des affiches de Gérard
Schivardi. Ils font remarquer que l’Association des maires
de France, dans son appellation, comporte bien « des maires »
sans pour autant représenter tous les maires et que ce qui
est vrai pour les uns doit l’être pour d’autres.

Le préfet Desforges indique qu’il parle au nom du bureau de l’AMF,
toutes tendances confondues (sic), et exige la suppression de la
mention « candidat des maires ».

¦ Samedi 24 mars 2007 : Au meeting de Montpellier, devant la
presse et plus de 300 personnes, Gérard Schivardi fait une
déclaration reprise dans son communiqué n°31, envoyé le soir
* la presse : « Je ne me suis jamais présenté comme candidat
de tous les maires, ni de l’AMF. »

¦ 24 mars : de l’AMF annonçant le dépôt d’« une plainte en justice ».

— 13h30 : Communiqué n°32 de Gérard Schivardi : « A cette heure, je n’ai
pas reçu de courrier de l’AMF. »
— 14h30 : Dans une déclaration, Alain Outreman maire d’Achères et
membre du bureau de l’AMF, condamne la plainte en justice de
MM. Pélissard et Laignel : « (...) En ma qualité de membre du
bureau de l’AMF, je tiens * préciser que je ne suis pas partie prenante
de la position formulée par Messieurs Pélissard et Laignel et encore
moins d’une intention de porter plainte en justice contre le candidat
Gérard Schivardi, même si je ne soutiens pas cette candidature. »

¦ Mardi 27 mars, 18heures : 103 maires s’adressent aux dirigeants de
l’AMF dans une lettre ouverte : ? De quel droit prétendez-vous interdire
* notre candidat Gérard Schivardi de se présenter en notre nom
comme candidat des maires ?? Ils seront 130 … « 1 heure plus tard ».

Plusieurs maires écrivent * l’AMF et font parvenir le double de leur lettre
* Gérard Schivardi.

¦ Mardi 27 mars 2007 : Monsieur Michaud annonce qu’il émet un avis
favorable sur la profession de foi de Gérard Schivardi et demande
qu’on lui porte 25 exemplaires pour chaque membre de la commission.
Il demande que la maquette d’affiche qui portait un liseré blanc lui soit
présentée aux bonnes dimensions avant 14 heures. L’ensemble du
matériel électoral lui est transmis en temps et en heure.

¦ Jeudi 29 mars 2007 : 229 maires ont contresigné la lettre aux
dirigeants de l’AMF. Des maires de toutes tendances politiques,
ne partageant pas les positions de Gérard Schivardi ou parrainant
un autre candidat, protestent contre la plainte de l’AMF (voir site
de campagne).

— 16 heures : inquiet de ne pas recevoir la notification de la commission
ayant refusé le matin la profession de foi de Gérard Schivardi, son
mandataire appelle Monsieur Michaut. Le document annoncé est *
la signature ; il devrait parvenir dans les moments qui suivent.

— 18 h 49 : Une dépêche de l’AFP publie le compte rendu de la
commission, en en citant des expressions.

— 18h50 : Le mandataire et le directeur de campagne de Gérard Schivardi appellent Monsieur Michaut, s’inquiétant que la
presse rende compte de la décision de la commission alors que le candidat n’a toujours pas reçu de notification de la
dite commission !!! Les journalistes, informés par la
dépêche de l’AFP, joignent la commission de campagne pour demander
les commentaires du candidat sur le document qu’il n’a pas encore reçu.

— 20h 08 : Nouvel appel des représentants de Gérard Schivardi *
Monsieur Michaut. Le fax n’est toujours pas arrivé. Monsieur Michaut
s’engage * joindre le rapporteur général pour nous donner une réponse
* deux questions :
1° Pourquoi la presse a-t-elle la décision de la commission que le
candidat n’a pas reçue ?
2° Quand le candidat va-t-il recevoir la notification de la commission ?
Monsieur Michaut s’engage * saisir le rapporteur général sur ces deux
questions.

— 20h15 : Monsieur Gilles Bachelier, rapporteur général, appelle les
représentants de Gérard Schivardi pour les informer de l’envoi du fax et
leur demander de confirmer la bonne réception.

— 20 h 20 : la notification de la commission (signée Jean-Marc Sauvé,
président de la commission) arrive sur le fax de campagne de Gérard
Schivardi, accompagnée d’un manuscrit de Monsieur Bachelier :
« Monsieur Denis, excusez cette forme peu orthodoxe de nouvel envoi
de la décision de la commission.»

— 20 h 23 : les représentants de Gérard Schivardi prennent connaissance
de la qualification du refus de la commission d’avaliser sa profession de foi
et l’affiche officielle. Selon la commission, « ces deux documents et
enregistrement sonore présentent M. Gérard Schivardi comme “le candidat
des maires”. Une telle expression révèle une appropriation par le candidat
d’un soutien de la généralité des maires des communes de France. »

— 20 h 40 : Daniel Gluckstein, directeur de campagne, appelle M. Bachelier
pour lui demander comment la commission peut invalider le matériel
électoral de Gérard Schivardi, parce qu’il se présente comme « “le candidat
des maires” alors que cette expression n’est, ni dans la profession de foi de monsieur Schivardi, ni dans son affiche »
!!!! Daniel Gluckstein explique *
M.Bachelier que le préjudice correspondant au matériel tiré non remboursé
par État, (puisque la profession de foi est en grande partie déj* imprimée)
s’élève * 300 000 euros pour Gérard Schivardi et il demande * M. Bachelier
quel recours Gérard Schivardi peut exercer.

M. Bachelier répond que le recours peut être exercé devant le Conseil
État et annonce l’envoi d’un nouveau fax requalifiant le refus de la
commission sur les termes « candidat des maires » ayant retiré
« le » qui ne figurait sur aucun document !!!

— 21h02 : Réception par les représentants de Gérard Schivardi
d’un nouveau fax de M. Bachelier motivant le refus de ses documents :
« Ces deux documents et l’enregistrement sonore présentent
M.Gérard Schivardi comme le “candidat des maires”. Une telle
expression révèle une appropriation par le candidat d’un soutien
de la généralité des maires des communes de France. »

Cette nouvelle formulation, requalifiant les raisons du refus du matériel
électoral de Gérard Schivardi, se présente toujours comme une décision
de la Commission de contrôle réunie ce jour. Ce nouveau document,
signé lui aussi du président de la commission, M. Jean-Marc Sauvé,
est accompagné d’un manuscrit de Monsieur Bachelier : « Je vous
adresse sous ce pli la lettre portant décision de la commission qui
se substitue * celle qui vous a été adressée et qui était entachée
d’une erreur matérielle de typographie ... »

¦ Vendredi 30 mars 2007 : audience de référé, suite * la plainte de
l’AMF, et appel de la décision de la commission, déposé par
Gérard Schivardi en référé suspensif devant le Conseil État.
Conférence de presse de Gérard Schivardi et lancement d’un appel
« pour la défense de la démocratie et des libertés ».
Suite * l’intervention du directeur de campagne de Gérard
Schivardi auprès des responsables de la commission nationale,
celle-ci tient une séance non prévue * 19h00 et adopte les nouvelles
profession de foi et affiche officielle proposées par Gérard Schivardi
avec l’appellation « candidat de maires » se substituant * celle de
« candidat des maires ».

¦ Dimanche 1er avril 2007 : 5000 travailleurs et jeunes rassemblés au
Palais des Sports de la Porte de Versailles * Paris confirment le
mandat de Gérard Schivardi : celui-ci sera honoré jusqu’au bout.
La profession de foi « pour la rupture avec l’Union européenne »
sera acheminée au maximum d’électeurs dans tout le pays.
Les 5000 rassemblés versent massivement pour la souscription.

¦ Lundi 2 avril 2007 : le TGI de Paris rend * 15h11 son jugement
« (...) interdisant * Gérard Schivardi de se présenter comme
le “candidat des maires” (...), condamne Gérard Schivardi * payer
* l’AMF la somme de 1500 euros au titre de l’article 700 et la
publication de l’ordonnance dans 3 quotidiens aux frais de
Monsieur Schivardi (...,) interdit toute mention ou document
contenant les termes “candidat des maires” sous astreinte
de 500 euros par jour de retard (+ 500 euros par infraction
constatée).»
— A 17h15, le Conseil d’Etat déboute Gérard Schivardi de son
appel et confirme le refus d’homologuer les documents qu’il
avait présentés * la commission de contrôle nationale.
— A 20h50, Gérard Schivardi adresse une déclaration * la presse
dans laquelle il explique : « Voudrait-on étouffer financièrement
ma campagne s’y prendrait-on différemment ? En dépit de ce nouvel
obstacle sans précédent dans toute l’histoire des campagnes
électorales sous la Ve République, j’entends plus que jamais
poursuivre sur la voie sur laquelle, avec tous les maires qui me
soutiennent, nous sommes engagés depuis plusieurs mois.(...)
Désormais, toutes les déclarations orales ou écrites faites dans
le cadre de ma campagne, se conformeront aux interdictions qui
viennent de nous être signifiées.(...) Il doit être dit qu’une issue
existe * la grave crise de décomposition économique, sociale et
politique qui frappe le pays. Il doit être dit que cette issue passe
nécessairement par la RUPTURE avec l’Union Européenne et la
défense des 36 000 communes, la défense et la reconquête
des services publics, la renationalisation d’Airbus et des secteurs
clés de l’industrie.
Ce message sera présent dans les professions de foi qui, malgré
tous les obstacles, seront adressées aux électeurs.
Il sera présent dans les milliers de meetings et réunions publiques
qu’avec nos moyens gravement amputés nous organiserons malgré
tout. Il sera présent grâce au soutien des milliers et des milliers (de
citoyens) qui d’ores et déj* m’ont adressé leur appui moral, politique
et financier. Ce qui est en jeu, c’est la démocratie, la justice et la
liberté. »

************************************************** **************************************
Après avoir bénéficié de moins de 11 minutes dans les médias durant 4 mois
(de novembre 2006 * mars 2007) voici que Gérard Schivardi (qui lui n'a pas
eu besoin de l'aide de Sarkozy pour avoir ses parrainages, comme Le Pen,
Bové et Besancenot) est attaqué par 2 responsables de l'Association des
Maires de France.
Le Bureau de l'AMF (pourtant au courant du matériel électoral de Gérard
Schivardi depuis le Congrès des Maires de France en novembre 2007) * curieusement attendu le 20 mars pour (même pas *
l'unanimité de son
bureau !) porter plainte : Curieux !!!!
En effet ce matériel (aujourd'hui détruit) avait été distribué * occasion de
ce Congrès * plus de 8000 exemplaires et personne n'y a trouvé * redire
en particulier le bureau de l'AMF : Curieux !!!!
L'AMF se dit "apolitique" mais son secrétaire National est * de et son
Secrétaire adjoint est au PS : Curieux !!!!
L'AMF a réussi * faire envoyer au pilon pour 300 000 euros de tracts et
affiches. Des journalistes ont affirmé que Gérard Schivardi n'était plus
dans la course : Curieux !!!!
Les 300 000 euros nécessaires pour que Gérard Schivardi dispose
d'un matériel électoral sont en train d'être rassemblés. Les médias
se mettent maintenant * parler de Gérard Schivardi mais en le marginalisant
et évoque le Parti des Travailleurs comme un "tout petit groupuscule *
tendance sectaire" : Curieux !!!!
Le PT tient des réunions publiques, fait des manifestation publiques et vend
un journal qui est une "tribune libre" (qui rend compte de son activité) tout *
fait publiquement : Ses réunions sont ouvertes * tous ... mais la presse n'y
vient pas (l'AFP était sciemment absente lors de la manifestation du
18 novembre 2007 de plus de 10 000 citoyens, mais au courant de la
plainte de l'AMF avant Gérard Schivardi : Curieux !!!!
Gérard Schivardi a rempli le Palais des Sports le 1° Avril dernier, mais
aucun médias n'y a fait allusion : Curieux !!!!
Cependant, de nombreux journalistes nous on fait savoir que s'ils
"couvraient" les actions du PT ils risquaient pour leur place :
Sommes-nous déj* dans un régime totalitaire ?
Le PT a plus d'adhérents/militants que LO ou LCR : Mais, comme on ne
parle pas de lui, il est facile de raconter n'importe quoi et de tenter de
faire avaler des couleuvres au "bon peuple" !
Gérard Schivardi sera présent le 22 avril, malgré le lynchage dont il
est victime et qui suit le boycott de 4 mois contre sa personne !
Mais, la démocratie (en France) est décidément bien en danger (on
se croirait sous Napoléon 3) et il ne fait pas bon être seul candidat
anti-Maastricht (pour le retrait immédiat de la France de l'UE) contre
11 autres qui sont tous (chacun leurs façons) des maastrichtiens de
garde comme 99, 99% des politiciens et des journalistes : Tous Laquais
de la Grande Bourgeoisie et des eurocrates de Bruxelles !
Mais la provocation pour faire taire Gérard Schivardi a avorté...
Salutation démocratiques, républicaines et socialistes :
wen.kroy@wanadoo.fr
----------------------------------------------------------------------------------------------------
Visitez le site de Gérard Schivardi : -Site : www.schivardi2007.com -
Contribuez au débat en écrivant par -E-mail : schivardi2007@wanadoo.fr -
Soutenez notre combat pour la "rupture immédiate avec l'UE, et avec
toutes les instances "européennes internationales".