Politics.be Problemen met registreren? Of een verloren wachtwoord? Gelieve een mail te verzenden naar maarten@politics.be met vermelding van je gebruikersnaam.

Ga terug   Politics.be > Diverse > Archief > Usenet > be.politics
Registreer FAQForumreglement Ledenlijst Markeer forums als gelezen

be.politics Via dit forum kun je alle berichten lezen die worden gepost op de nieuwsgroep be.politics. Je kunt hier ook reageren op deze berichten, reacties worden dan ook in deze nieuwsgroep gepost. Vergeet niet om dit te lezen.

 
 
Discussietools
Oud 4 augustus 2005, 13:35   #1
Johan Viroux
 
Berichten: n/a
Standaard Congo Belge: NOTRE glorieux Empire (2/2)



Noterman Jacques A.M., Congo belge, L'empire d'Afrique, Souvenirs du XXe
siècle, Arobase éd. 2004



2

(p.126) LES PIONNIERS

Il va sans dire qu'ici n'est pas la place pour donner une biographie
détaillée des premiers Belges oeuvrant au Congo. En effet, leurs aventures
pourraient leur valoir, * chacun, un volume complet. Cependant, il m'a
semblé imporiant, pour ne pas dire essentiel, d'en rappeler les principales
figures. Ceriains sont maris héroïquement. Tous travaillaient * la grandeur
de la patrie. Mais, semble-t-il, pas assez, puisqu'une majorité d'entre eux
n'ont pas leur rue * Bruxelles. Honte et consternation.



Emile Banning (Liège, 1836 - Ixelles, 1898)

D'origine hollandaise. Docteur en philosophie et lettres de l'Université de
Liège. journaliste puis fonctionnaire * la Bibliothèque royale. Directeur
général du ministère des Affaires étrangères. A ce titre, secrétaire de la
conférence géographique de Bruxelles, * l'origine du Congo. Surnommé
narquoisement «clopinard» par Léopold II * cause d'une malformation qui le
faisait boîter. Avait sa ville au nord-est de Léopoldville. Au cimetière d'
Ixelles, son monument a été, bêtement, détruit.



(p.127) Lucien Bia (Liège, 1852 - Tenke, Katanga, 1892)

S'engage au 1er Chasseurs * cheval. Lieutenant au ? Guides. Au Congo en
1887. Accompagne le géologue jules Cornet * la découvel1e du Katanga où ils
précèdent de justesse une mission britannique. A un mois près, le Katanga
aurait pu être anglais. Y meurt d'épuisement. Son nom est donné * un
minerai, la bialite. Le missionnaire britannique David Crawford en dira -He
was the most noble Belgian who ever penetrated Katanga, an al1istocratic
looking gentleman.- Enterré dans une ancienne termitière enveloppé dans le
drapeau congolais et le drapeau belge. Avait ses monts au Congo, son barrage
(sur le lac Tchangalele, près de jadotville) et sa centrale électrique au
Katanga. La centrale alimentait les usines de Panda.



Louis Napoléon Chaltin (Ixelles, 1857 - Uccle, 1933)

Lieutenant en 1885. Au Congo depuis 1891. Pal1icipe aux campagnes
antiesclavagistes. Commande l'expédition du Nil et inflige une défaite aux
Madhistes. Capitaine*commandant en 1893. Secoul1 la station des Stanley
Falls menacée par les Arabes. Commandant du district de l'Uélé qu'il pacifie
au prix d'une blessure. Le musée royal de l'Armée montre encore fièrement
les armes qu'il a prises * l'ennemi. A sa rue * Uccle et son buste *
Ixelles. Au cimetière d'Ixelles.



Camille-Aimé Coquilhat (Liège, 1853 - Boma, 1891)

Lieutenant. Au 1er, puis au 2' Guides. Au Congo en 1882. Parlicipe *
l'expédition de Stanley au Haut-Congo. Termine sa carrière militaire comme
capitaine. Cofondateur d'Equateuroille. A l'origine de la creation de la
Force publique conçue comme force de police et non comme véritable armée.
Commandant du territoire de Bangala. En 1888, nommé par Léopold II comme
administrateur génral du département de l'intérieur du Congo.
Vice-gouverneur de la colonie le 1er décembre 1890. Avait sa ville sur le
fleuve dans la province de l'Equateur. Son dossier, au musée royal de l'
Armée, est vide.



Jules Cornet (Saint-Vaast, 1865 - Mons, 1929)

Docteur en sciences naturelles de l'Université de Gand (avec la plus grande
distinction) et géologue. Son premier livre est écrit en néerlandais: Iets
over de jongst in Henegouw ontdekte fossiele dieren. Au Congo en 1891. Père
de la géologie congolaise et découvreur des richesses minières katangaises.
Jules sillonnera le Congo armé de son seul marteau de géologue, mais
escorté. Il a bien un gros revolver dans ses bagages. Mais il ne servira
qu'*... Mons quand il doit aller cherche sa femme et ses enfants un soir où
une lionne s'était échappée d'un cirque.

Auteur de plusirues ouvrages qui font toujours autorité. Prof * l'école des
Mines de Mons. Donne son nom * la cornetite et * des chutes d'eau sur la
Lufira.



(p.128) Paul Costermans (Bruxelles, 1860 - Banana, Etat du Congo, 1903)

Vice-gouverneur du Congo en 1903. Surnommé Gondoko (léopoard) * cause de son
tempérament nerveux. En effet, se suicide * l'arrivée de la commission
d'enquête internationale instituée par Léopold II sans qu'on puisse lui
attribuer une quelconque responsabilité dans les abus constatés. A sa ville
de Kivu, la future Bukavu. Au cimetière de Forest.



Henri De Bruyne (Blankenberge, 1868 - Kasongo, 1892)

Sous-lieutenant en 1891, rejoint le lieutenant Lippens * Kasongo où ils sont
fait prisonniers. Henri transmet les conditions de leur libération,
inacceptables pour les Belges. On lui conseille de franchir le Lomami. Il
refuse, arguant qu'il ne veut pas abandonner son ami et chef, Lippens. Ont
leur monument * Blankenberge. Seront vengés par Dhanis (» et par la mort de
l'instigateur de la révolte, Munie Mohara.



Alexandre Delcommune (Namur,1855-Bruxelles1922)

Le plus oublié de nos pionniers africains. Premier Belge * mettre les pieds
au Congo dès

1874. Assiste * l'arrivée de Stanley * Boma en 1877. Premier * explorer le
Haut Congo et le Kasaï. Consul de Belgique * Léopoldville. Son nom est donné
* un barrage de lU.M.H.K. sur les chutes du Zilo (lac de retenue de 20000
ha, production de 560 millions de kw/h). Reçoit des mains de Léopold II une
médaille d'or avec la mention «La Belgique reconnaissante * Alexandre
Delcommune». L U.M.H.K. lui dédicacera une centrale électrique. Au cimetière
de Bruxelles-Evere où son buste a été volé par des vandales. Il y était
représenté avec son couvre-chef préféré, un chapeau * large bord et non un
casque colonial.



Eugène Derscheid

(Saint-Vaast, - Bourg-Léopold, hôpital militaire, 19(2)

Lieutenant au 1" Grenadiers. Frère de Georges, fondateur d'un sanatorium
dans la forêt de Soignes, devenu clinique, et de Marie, première femme
médecin diplômée en Belgique.

Termine sa carrière militaire comme capitaine au 7e de Ligne.



Baron Francis Dhanis (Londres, 1862 - Bruxelles, 1909)

Capitaine-commandant du 1er Grenadiers, régiment d'élite de l'infanterie
belge. Arrive trop tard pour sauver les lieutenants De Bruyne et Lippens.
Livre bataille contre le sultan Sefu qu'il vainc (J 000 morts). Termine
comme vice-gouverneur du Congo belge. A sa rue * Etterbeek. Au cimetière de
St-josse-ten*Noode.



(p.129) Gustave, Gaspard, Edouard Fivé (St-Josse-ten-Noode, 1849 -
Bruxelles, 1909).

Fils du cousin germain d'André Fivé (Liège, 1811 - Herstal, 1880) qui
participe * la révolution belge puis s'engage au :J Chasseurs * pied où il
termine lieutenant-colonel. André refusera la croix de fer, créée par
Léopold r, parce qu'elle est assortie d'avantages financiers. Gustave est
engagé volontaire en 1865. Sous-lieutenant au 1er Chasseurs * cheval, doit
payer 1 216 F * la caisse du régiment pour... se marier avec Juliette van
der Vinnen. Inspecteur de l'Etat du Congo. N'oublie pas qu'il est avant tout
militaire et s'empare d1sanghi le 20 mai 1893. Chargé par Léopold II de
missions délicates en Chine sans qu'on n'en sache guère

plus. Traverse toute la Chine pendant la révolte des Boxers et revient en
traversant la Sibérie et la Russie, ce qui démontre un tempérament, au
moins, volontaire. En Belgique, tout le monde le croyait mort. Plusieur fois
président du Cercle africain et président-fondateur de l'Union
philanthropique coloniale. Colonel, commandant du 2e Guides. A ce titre,
dépose

plainte devant un conseil d'honneur contre le lieutenant-colonel A. du :J
Lanciers. Ce dernier avait, en effet, répandu la rumeur que Gustave avait
volé, sans la moindre preuve. La décison du conseil d'honneur est nette: le
lieutenant-colonel A. avait agi par jalousie (il visait le commandement du 2
G). Et la sanction est lourde: A. est mis * la retraite d'office. Gustave
est considéré comme zélé, d'un caractère énergique et excellent cavalier.
L'aspect énergique de son caractère est démontré par ses punitions: 4 jours
d'arrêt pour avoir abrité son propre cheval en délaissant celui de son
colonel, 8 jours pour avoir brossé (sic) le

pansage du matin et avoir répondu de façon insolente * son capitaine et 2
jours par le conseil de guerre. Il avait été accusé d'injure verbale et de
provocation au duel. Il sera reconnu coupable de coup volontaire excusable.
Mais devra payer les frais: 193,80 F. Termine comme lieutenant-général.
Contrairement * une légende familiale, n'a pas été aide de camp de Léopold
II. A sa rue * Etterbeek.



Emile Francqui

(Bruxelles, 1862 - Ol'erijse, 1935).

Orphelin, entre * l'Ecole des pupilles. S'engage au 2' de Ligne. Au Congo en
1885. Sous-lieutenant, effectue, des missions en Afrique du sud, au Katanga
et * Madagascar. A l'Ecole militaire, sera l'ins/mcteur du futur Albert 1er.
Quitte l'armée avec le grade de capitaine. Consul de Belgique en Chine où il
oeuvre * la réali5ation du chemin de fer Pékin-Hankéou réalisé par fadot
(>). y rencontre Paul Claudel qui le surnomme le « Bonaparte brabançonl».
Ministre des Finances en 1926. Créateur du Fonds national de la recherche
scientifique, de la Fondation universitaire et du prix qui porte son nom,
surnommé le Nobel belge. Avait son port * l'ouest du Kasaï. Une centrale
électrique de l'U.M.H.K. portera son nom. Au cimetière d'Ixelles.



Josué Henry de la Lbldi (Bohan, 1869 - Bruxelles, 1957).

Fraîchement sorti de l'Ecole royale militaire, part au Congo dès 1892. Y
dirige les opérations qui mènent * la capture de chef rebelle Kibonge.
Célèbre pour la rapidité de ses décisions ce qui lui vaut le surnom de Bwana
Ndeke (l'homme oiseau). De retour en (p.130) Belgique reçoit ses décorations
de la main du Roi lui-même. Revient au Congo en 1897 et assure la sécurité
des Stanley Falls jusqu'au lac Albert. Gagne la bataille de la Lindi contre
les Batetela en 97. Commissaire général de la province Orientale. Après
la ]ère G.M., quitte l'armée pour entrer * la Forminière puis * la Compagnie
des grands lacs. En décembre 1938 reçoit le titre de chevalier et
l'autorisation d'ajouter de la Lindi * son patronyme. Le musée Africain de
Namur lui consacre une salle avec de nombreux objets personnels dont le
clairon qui sonna la charge lors de la bataille de Lindi. Sy trouve aussi le
fétiche que le chef adverse jette puisqu'il ne lui a pas donné la victoire.
Découvre la mine d'or de Kilo.



Jean Jadot (Orp-lez-Jemelle, 1862 - Bruxelles, 1932)

Ingénieur, des mines, notamment. Construit des chemins de fer en Egypte, en
Chine et au Congo belge. Sa plus étonnante réalisation, c'est le chemin de
fer Pékin-Hankéou et ses 1 250 km construits par 120 000 hommes pendant six
ans. Y compris un pont de 3 km sur le fleuve

jaune qui n'est remplacé qu'en 1958. A Hankéou, la gare belge existe
toujours, bien que

désaffectée. Fait mandarin * bouton de corail par l'impératrice Tzu-Hi qui
inaugure cette ligne dite du Grand Central. Gouverneur de la Société
générale en 1913. Avait sa ville au Katanga, depuis 1931, surnommée la
capitale du cuivre. Au cimetière d1xelles.



Paul Le Marinel (Davenport, US.A., 1858 - Watermael 1912)

Capitaine-commandant du Génie. Au Congo en 1884. Fait partie de la
commissionfranco*congolaise qui fixe la frontière du Bas-Congo. Directeur de
la station de Léopoldville. Bia disait de lui «Tu aurais mérité de servir
aux Guides.- Fonde le poste de Bakuma et le premier

poste belge au Katanga, Lofoï. Commandant de l'expédition Ubangi-Bomu.
Directeur de la Compagnie des chemins de fer des grands lacs. Termine comme
directeur au ministère des Colonies. Son dossier, au musée royal de l'Armée,
est vide. L'UMB.K. lui dédicacera une centrale électrique dont la puissance
(J 478000000 kw/h) est égale, * l'époque, * la plus grande centrale d'Europe
occidentale (Génissiat, sur le Rhone). A son avenue * Etterbeek.



Hubert Lothaire (Rochefort, 1865 - Ixelles, 1929)

S'engage au 1" Chasseurs * pied. Puis * la Force publique. Envoyé en
Oubangui en 1890. Jugé en 1896 pour avoir fait pendre le trafiquant anglais
Stokes. Dénomme Marolles un patelin au nom imprononçable * l'est des Stanley
Falls, qui deviendra Maolle.

Commissaire général du Congo belge. Termine comme directeur de la Société
anversoise de commerce au Congo. A son avenue * Etterbeek. Au cimetière
d'Ixelles.



Joseph Lippens (Bruxelles, 1855 - Kasongo, 1892)

Sous-lieutenant d'artillerie. Fait prisonnier par le sultan Setu avec son
camarade, le sous*lieutenant De Bruyne. Meurt poignardé. A les pieds et les
mains coupés selon la coutume locale. Enterré * Kasongo avec De Bruyne. En
1960, la 2 compagnie du 3e Para 130 les exhume pour éviter leur profanation.
Stupidement, le gouvernement belge refusera de les rapatrier. Ils seront
réinhumés * la base de Kamina.



Pierre Ponthier (Ouffet, 1858 - Congo, 1893)

Sous-lieutenant. Au Congo en 1887. Avec son avant-garde, prend d'assaut un
camp d'esclavagistes et libère plus de 250 esclaves. Doit rentrer en
Belgique suite * une blessure au pied mais revient en 1893 pour commander le
poste des Stanley Falls. Meurt des blessures reçues en opérations contre les
Arabes esclavagistes. Avait sa ville au sud de Stanleyville, province
Orientale. A sa rue * Etterbeek.



Albert Thys (Dalhem, 1849 - Bruxelles, 1915)

Major, officier d'ordonnance de Léopold II. Chargé du secrétariat de
l'administration de l'Etat du Congo. A ce titre, prend part * l'organisation
de la plupart des expéditions belges. Au Congo en 1887, pour constater sur
place la nécessité d'un chemin de fer Matadi *Léopoldville. Homme d'affaires
remarquable, est * l'origine des nombreuses sociétés coloniales : la
Compagnie des magasins généraux, la Société anonyme belge pour le commerce
du Haut-Congo, le Chemin de fer du Congo, etc. Avait sa ville entre Matadi
et Léopoldville. A sa rue * Ixelles.



Il serait cependant injuste de limiter cette liste de pionniers aux seuls
officiers. Un unique exemple suffira * démontrer que les sous-officiers, eux
aussi feront tout le devoir et au*del*. Ainsi le sergent Cassart, après deux
ans de fatigues africaines, voudra rejoindre Dhanis. Avec 27 soldats et une
cinquantaine de guerriers, il fera face * 5 000 guerriers et passera. Ce qui
lui vaudra son étoile d'or de sous-lieutenant.

La seule expédition Bia-Francqui parcourera 6212 km en 14 mois, le plus
souvent * pied. Au prix de 500 morts dont Bia. Les survivants n'ont pas
fière allure. L'expédition part du camp de Lusambo le 21 octobre 1891 pour y
revenir le 11 janvier 1893. On sait désormais le Katanga riche d'* peu près
tous les minerais mais, surtout, bien sûr, de cuivre.



Le début de la fin de l'aventure congolaise, ce sera les 4 et 5 janvier 1959
et les émeutes durement réprimées au prix officiel de 42 morts et de 300
blessés. En réalité, il y a eu plus de 200 morts. En 1955, après le voyage
triomphal du Roi, le professeur A. Van Bilsen avait présenté un plan
conduisant le Congo belge * l'indépendance en 30 ans. Tout le monde lui
avait ri au nez. Le 13 janvier 1959, le Roi s'adressait * la population en
ces termes: .Notreferme résolution est aujoud'hui de conduire sans
atermoiementsfunestes, mais sans précipitation inconsidérée, les populations
congolaises * l'indépendance dans la prospérité et la paix.>






 
 


Discussietools

Regels voor berichten
Je mag niet nieuwe discussies starten
Je mag niet reageren op berichten
Je mag niet bijlagen versturen
Je mag niet jouw berichten bewerken

vB-code is Aan
Smileys zijn Uit
[IMG]-code is Uit
HTML-code is Uit
Forumnavigatie


Alle tijden zijn GMT +1. Het is nu 01:06.


Forumsoftware: vBulletin®
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Content copyright ©2002 - 2016, Politics.be